×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Dossiers

Financement: La LOA fait des adeptes

Par L'Economiste | Edition N°:1763 Le 07/05/2004 | Partager

. En 2003, plus de 46% des financements sont en LOA . Cette formule séduit plus les particuliers LA location avec option d’achat, formule de financement automobile à succès en Europe, commence à faire fureur au Maroc. Depuis son introduction en mars 2000 par Salafin, elle ne cesse de gagner du terrain au détriment du crédit classique. Difficile de vérifier cette évolution puisque ce n’est qu’en 2003 que l’APSF (Association professionnelle des sociétés de financement) fait état de la LOA dans ses statistiques. En tout cas, ces dernières montrent qu’en 2003 les sociétés de crédit ont financé pour 855 millions de dirhams en LOA (particuliers et entreprises) contre 993 millions en crédit classique, soit plus de 46% du volume produit. A l’intérieur de ce montant, ce sont les particuliers qui se taillent la part du lion avec 771,738 millions de dirhams contre 83,345 millions pour les professionnels et entreprises. Les chiffres de l’APSF révèlent en outre qu’à fin décembre 2003, la LOA représente, avec 1,25 milliard de dirhams, plus de 45% de l’encours des prêts particuliers affectés aux véhicules par les organismes de crédit. Rappelons que cette formule permet à un client particulier de devenir propriétaire d'un véhicule tourisme neuf après payement des loyers et de la valeur résiduelle ou option d’achat (généralement de 1%) sur une période contractuellement déterminée. Celle-ci varie souvent entre 24 et 60 mois. Pendant toute cette période, l’organisme de financement reste propriétaire du véhicule tant que l'option d'achat n'est pas utilisée. La LOA est particulièrement adaptée aux besoins des salariés du privé, public et semi-public, des professions libérales, commerçants et retraités. Elle est jugée avantageuse pour les deux parties, client et organisme de crédit. «Chacun y trouve son compte«, affirme Yassir Boulakoul d’Eqdom. «Cette formule permet aux clients de réaliser des économies substantielles sur le financement de leur véhicule grâce à un avantage fiscal«, souligne pour sa part Sanaa Laabi, responsable Marketing chez Salafin. En effet, la LOA permet la récupération de la TVA sur le véhicule par le leaseur (la société de financement) et la répercussion de l’économie ainsi réalisée sur le client final. Les loyers sont ainsi calculés sur la base d'un prix hors taxe, ce qui réduit le montant des mensualités par rapport à un crédit auto classique. La LOA concerne les voitures de tourisme neuves de toutes marques, à l'exception des véhicules utilitaires légers. Les voitures économiques ne sont pas incluses dans cette offre puisque l'avantage fiscal n'est pas intéressant (la voiture économique bénéficie déjà d'une TVA de 7%). Il n'empêche, indique un responsable commercial à Wafasalaf, que nombre de voitures économiques ont été achetées via cette formule.o


Parts de marché: Un sujet tabou

Aujourd’hui, seules trois sociétés de crédit proposent la formule de location avec option d’achat, selon les professionnels. Après Salafin, pionnière et leader sur ce créneau, arrivent Wafasalaf puis Eqdom. La Sofac Crédit affirme s’être retirée de ce créneau depuis plus de six mois. Mais elle promet de nouvelles formules qui seront divulguées lors du salon Auto Expo. Cependant, des concurrents affirment que Sofac Crédit fait toujours partie des organismes de crédit offrant la LOA, même si sa part reste dérisoire. Selon les affirmations des professionnels, l’essentiel de ce marché est accaparé par Salafin et Wafasalaf. Aucune précision n’est fournie par l’APSF qui souligne que «les sociétés de financement ne souhaitent pas communiquer leur part de marché«.K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc