×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Festival des musiques sacrées
    Quand Mars appelle Vénus à l’aide

    Par L'Economiste | Edition N°:1780 Le 01/06/2004 | Partager

    . Le message de Romano Prodi aux festivaliers de Fès. L’UE dans une logique de dialogueL’Union européenne a marqué sa présence au Festival de Fès par la participation et la venue de bon nombre de ses émissaires. Comme Sean Doyle, le représentant de l’Union européenne au Maroc, ou encore Dominique Rambaub, chargée des Relations avec le Maghreb et coordinatrice du “passeport pour la liberté”. “L’UE est dans une logique de dialogue sans l’imposer à personne”, a déclaré Romano Prodi, le président de la Commission européenne, dans son message porté par Sean Doyle. Il est vrai qu’aujourd’hui, malgré les critiques qu’elle essuie sur sa lenteur, elle demeure l’unique modèle dans le monde qui ait réussi à réunir plus de 350 millions de personnes dans un cadre de paix. En tout cas, Romano Prodi explique que l’UE est prête à courir le risque d’être critiquée, mais qu’elle poursuivra son processus de dialogue. Un processus matérialisé notamment par la mise en place du Groupe des sages sur le dialogue entre les peuples et les cultures, destiné à “accroître la visibilité du processus de Barcelone par des échanges intellectuels et culturels et de la société civile”. Le dernier rapport de ce groupe, publié en novembre 2003, fait état d’un choc des civilisations instrumentalisé et souhaité. “Le choc des civilisations dans l’espace euroméditerranéen est une chimère”, avance Romano Prodi.Un dialogue est clairement préférable à la folie militariste. “Comment à côté de la société des nations, nous pouvons instaurer la société des peuples et des cultures? Le dialogue des cultures et des peuples est basé sur les principes d’égalité, de la coresponsabilité, et de la fertilisation croisée”, explique le président de la Commission européenne. Mais le principe d’égalité des cultures n’est possible que si le respect des droits de l’homme est assuré. Si la position européenne est perçue comme une paresse, “les développements tragiques attestent du caractère vain et contre-productif des valeurs fondées sur les seuls rapports de force”, constate Prodi. Et ne voilà-t-il pas que “Mars appelle Vénus à l’aide pour trouver des solutions”, image-t-il, en reprenant les termes de l’économiste Keagan. L’unilatéralisme américain est vain et les communautés internationales sont unanimes pour condamner leur attitude. Aujourd’hui empêtrés dans le bourbier irakien, les Etats-Unis en appellent à l’aide des communautés, dont l’Union européenne est l’autre acteur majeur (avec ses conditions toutefois).C’est pourquoi le dialogue doit être plus que jamais de mise. Tous les intervenants auront repris en écho ce leitmotiv, espérant quelque part que le message passe vraiment. Et Prodi de reprendre l’écho: “C’est la conviction de l’Union européenne de pratiquer ainsi ces valeurs, mais cela exige que nous ayons un comportement exemplaire, tant dans l’éducation, la mobilité et la mise en valeur des savoir-faire”, en insistant sur le rôle crucial que jouent les médias, en tant qu’“instrument privilégié d’une connaissance réciproque”.-Sean Doyle a transmis aux participants du Festival le message de Romano Prodi: “Les développements tragiques attestent du caractère vain et contre-productif des valeurs fondées sur les seuls rapports de force”-M.Kd

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc