×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Un toit pour les SDF et jeunes errants

Par L'Economiste | Edition N°:2137 Le 25/10/2005 | Partager

. Les projets figurent au plan d’action de l’INDH 2005 . Le Conseil de la région chargé des études techniques et des équipements Un centre d’accueil pour les enfants et les jeunes sans abri, un autre pour aliénés mentaux et un pavillon pour mendiants et vagabonds. Tels sont les trois grands projets qui verront le jour dans différents quartiers de la ville de Fès. Initiés en partenariat avec le Conseil de la région, ces derniers entrent dans le cadre de la lutte contre la précarité sociale. Un important volet de l’INDH qui concernera quelque 500 personnes. Pour mener à bien les actions envisagées à Fès dans le cadre du plan d’action 2005, une enveloppe budgétaire de 11,5 millions de DH a été allouée par l’INDH. Divers départements de l’Etat et communes apporteront leurs contributions pour la réalisation de ce premier plan. La lutte contre la précarité sociale, toile de fond du programme, absorbera près de 5 millions de DH. Un montant qui servira à la construction et l’équipement d’un pavillon pour mendiants et vagabonds, deux crèches, un centre d’accueil et de soutien pour les handicapés. La création d’un centre de formation en artisanat est également prévue. Il est évident que ces actions diluées dans la masse de la population de la capitale spirituelle (près d’un million d’habitants selon le HCP) ne toucheront pas tout de suite tous les concernés. Toutefois, selon un document fourni par les services de la wilaya, les centres d’accueil seront implantés dans différents quartiers de la ville. C’est à Hay Aïn Haroun qu’est programmée la construction du centre d’accueil pour les jeunes errants. L’objectif est de consolider les efforts entrepris depuis 1998 pour pallier au phénomène des enfants de la rue. Le centre aura une capacité d’accueil d’une cinquantaine de personnes. La construction se fera sur un terrain communal d’une superficie de 400m2, dont 300m2 bâtis. Le coût global du projet est estimé à 1.475.000 DH. Le Conseil de la région participera à hauteur 475.000 DH pour l’étude technique et l’équipement. Le reste, soit un million de DH, sera financé par l’INDH. Par ailleurs, une structure d’accueil pour aliénés mentaux sera construite à proximité du Centre hospitalier «Ibn Al Hassan» pour les maladies mentales. Le bâtiment sera fondé sur une superficie de 400m2 et abritera 60 patients. Le montant prévu pour cette construction est de 1,77 million de DH. Dans ce budget, l’étude technique et l’équipement coûteront 520.000 DH et seront financés par la région. La somme de 1,2 million de DH sera consacrée, par l’INDH, à la construction. Le projet vise la résolution d’un problème majeur lié à la cohabitation des personnes souffrant de troubles mentaux avec les personnes âgées, pensionnaires de l’association Dar El Fassia. Celle-ci a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme à maintes reprises. Ainsi, ses doléances ne sont pas restées lettre morte. L’ouverture du nouveau centre permettra également une meilleure prise en charge des malades mentaux. Le troisième projet, qui représente une enveloppe de 1.850.000 DH, porte sur la construction et l’équipement d’un pavillon pour les mendiants et les vagabonds. L’établissement sera construit sur un terrain de 500 m2 au sein de l’association musulmane de bienfaisance Dar El Fassia. La construction se fera sur un seul niveau et offrira une capacité d’accueil de 100 personnes. Encore une fois, c’est l’INDH qui financera la construction à hauteur d’un million de DH et la région se chargera de l’étude technique et de l’équipement. En tout cas, il semble que c’est bien parti pour Fès. Les projets qui interviennent dans le cadre de la concrétisation des objectifs de l’INDH vont favoriser la réintégration sociale et économique de centaines de personnes. Et notamment la réinsertion des enfants en situation précaire. De notre correspondant, Youness Saâd ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc