×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès: L’immobilier grimpe en flèche

Par L'Economiste | Edition N°:2311 Le 04/07/2006 | Partager

. En quatre ans, les prix ont quasiment doublé. L’habitat décent remplace l’anarchique A Fès, le secteur de l’immobilier se porte bien. En terme de statistique, on relève que le nombre d’autorisations de construire a augmenté de 38% entre 2004 et 2005, passant de 1.232 autorisations à 1.700. Le nombre de logements et la valeur de l’investissement ont également augmenté respectivement de 24,6 et 21,8% pour la même période. Ainsi l’investissement dans ce secteur a atteint l’an dernier la valeur de 858 millions de DH. Par ailleurs, le prix des terrains a connu une augmentation importante. Sur les quatre dernières années, les prix ont presque doublé. A titre d’exemple pour les terrains villas, le prix moyen au m2 est passé de 1.000 DH en 2002 à 2.500 DH en 2006, soit une augmentation de 150%. La même tendance pour les terrains immeubles R+6, où les prix ont passé de 8.000 DH en 2002 à 13.000 DH aujourd’hui. Pour les R+3 et R+4, les prix ont augmenté de 2.000 DH à 6.000 DH pour la même période. Avec bien évidemment des variations selon l’emplacement, le quartier et d’autres caractéristiques urbanistiques. Le secteur de l’habitat revêt une grande importance. Ce dernier est très sensible vu les problèmes de mise à niveau et de risques posés par l’habitat non réglementaire. Grâce à l’INDH (Initiative nationale de développement humain), 20 quartiers caractérisés par la marginalisation et l’exclusion bénéficieront du soutien du programme en terme de réhabilitation. Un autre problème aussi grave, c’est le phénomène des bidonvilles. A Fès, il existe deux grands bidonvilles très anciens: celui de douar Dhar Al Mahraz et de Aïn Smen qui sont situés dans la périphérie de la ville. Dans le cadre du programme «Villes sans bidonvilles» et des énormes interventions de l’Etat, les autorités locales ont mis en place un programme de recasement de ces populations. Il s’agit d’une importante opération qui aura un impact remarquable sur la ville de Fès et sur son image de marque. Le logement c’est aussi l’habitat social, ainsi des conventions ont été signées avec des promoteurs privés afin de construire 5.000 appartements sociaux. Dans ce lot, le groupe Amlak, présidé par Hassan El Messnaoui, construira 800 appartements. Ce dernier a d’ailleurs annoncé aussi la construction d’un centre d’accueil pour les enfants abandonnés et d’autres projets touristiques pour la ville de Fès.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc