×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Fès: 1.000 caméras pour surveiller la ville

    Par L'Economiste | Edition N°:2890 Le 28/10/2008 | Partager

    . Coût du projet: plus de 20 millions de DH. Premiers servis: les quartiers chaudsLe Conseil de la ville de Fès va financer l’acquisition et l’installation de près de 1.000 caméras de surveillance dans les points chauds de la capitale spirituelle du Royaume. Le budget alloué à cette opération est de l’ordre de 20 millions de DH. Il a été adopté à l’unanimité par les membres lors de la dernière session du Conseil. Normal, puisqu’il s’agit d’une initiative qui profitera à tous les citoyens de Fès, soucieux pour leur sécurité et celle de leurs biens.«Nous sommes déterminés à aider les services de la DGSN dans leur lutte contre la criminalité», a indiqué Hamid Chabat, président du Conseil de la ville. De fait, une convention de partenariat pour la réalisation de ce projet sera bientôt signée. Celle-ci sera avalisée par le préfet de police de Fès, Mohamed Aarous. Les caméras numériques seront installées dans quelque 250 endroits un peu partout dans la ville. «Elles permettront, outre une veille en permanence, une intervention préventive et répressive des forces de l’ordre dans les points névralgiques», a souligné Chabat. A noter que les quartiers «chauds», tels Bendebbab, Bab Ftouh, Sidi Boujida et Aouinte El Hejjaj, seront équipés en premier. Ainsi, les autorités élues veulent jouer la carte de la confiance. En effet, rappelons que c’est la population de ces quartiers qui a marché, il y a encore quelques semaines, contre la recrudescence de l’insécurité (cf. www.leconomiste.com). «Par l’installation d’un appareillage de contrôle, premier du genre au Maroc, la ville veut rassurer ces gens et leur offrir un équipement de qualité qui en quelque sorte participera à l’amélioration de leur cadre de vie», commente le responsable de la Commune. Techniquement, chaque lieu d’installation pourrait accueillir jusqu’à 4 appareils. L’objectif étant de surveiller tous les angles des avenues, rues et ruelles, de jour comme de nuit. Le Conseil a opté pour de petites machines de haute définition numérique (HDN). Outre la qualité de l’image, ces caméras peuvent conserver jusqu’à 30 jours d’archives avec la possibilité d’être télécommandées. D’ailleurs, la commune financera aussi l’aménagement d’un bureau de contrôle, sis dans la salle de trafic relevant de la préfecture de police de Fès. D’autres moyens d’aide et de soutien au travail des services de sécurité seraient également à l’étude.


    Ordre du jour

    Les élus ont approuvé des projets ayant trait à l’édification de mosquées, le réaménagement d’un jardin, la construction de maisons de jeunes, d’un marché de gros et d’une plage artificielle. L’augmentation du capital de la Ratuf de 10 millions de DH était également à l’ordre du jour. Ce dernier comprenait aussi le lancement de la dernière tranche de la mise à niveau urbaine (voiries, espaces verts, éclairage public...), le projet du «Complexe Mohammed VI pour la culture et la science» et le partenariat avec l’agence «Parchemins», organisatrice du festival de la culture soufie, des accords de coopération avec les villes partenaires Strasbourg (France) et Bobo-Dialosso (Burkina Faso). Mais le point essentiel de cette session est celui relatif au budget de 2009. Estimé à 472,7 millions de DH, il a été finalement voté par 53 membres sur les 62 présents. Les élus de l’USFP et du PJD se sont abstenus.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc