×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Europe: Effet Greenspan sur les marchés obligataires

    Par L'Economiste | Edition N°:452 Le 26/02/1999 | Partager

    Le discours d'Alan Greenspan, président de la Réserve Fédérale, a eu l'effet d'une traînée de poudre. Les réactions sur les marchés obligataires ne se sont pas fait attendre. La tension est vive sur les taux de rendement sur ce marché.

    Tension sur les taux du marché obligataire européen, après le discours du président de la Réserve Fédérale, M. Alan Greenspan, devant le Congrès. "Les taux de rendement continuent à se tendre, après la vive hausse enregistrée la veille aux Etats-Unis", annonce l'AFP. Les taux des bons du Trésor à 30 ans ont connu leur plus haut niveau depuis le 21 août dernier. Alors que les rendements des obligations à 30 ans ont connu une croissance de 0,087 point à 5,51%, les prix, eux, en
    revanche baissent de 36
    centièmes. Les bonnes performances de l'économie américaine rendent difficile l'assouplissement de la politique monétaire des Etats-Unis. Ce qui a poussé le président de la FED à mettre en garde contre une hausse excessive de Wall Street en souhaitant en filigrane une "plus grande stabilité du marché des changes". L'avertissement au marché boursier, jugé "surévalué", a calmé les esprits.

    Déconnexions USA-Europe


    La crainte est en effet grande d'avoir un glissement au niveau des parités monétaires et ce, en dépit des interventions des banques centrales. Des interventions qui de toute façon "ne marchent généralement pas".
    Les Etats-Unis en sont conscients. "Le maintien jeudi, comme prévu, par la Banque Centrale du Japon de son taux du jour n'a pas eu l'effet sensible sur la devise japonaise". En revanche, l'Euro ne se porte pas plus mal. Ouf, il profite même des prises de bénéfices sur le Dollar avec cependant une légère pression en raison de la faiblesse de l'inflation allemande.
    Selon les analystes, la "modération des prix un peu partout en Europe milite encore et toujours pour un allégement de la politique de la Banque Centrale Européenne (BCE)". D'ailleurs, les anticipations des analystes seraient plutôt pour une baisse des taux de la BCE.
    Certains d'entre eux évoquent en effet une possible déconnexion entre le marché américain qui s'affaiblirait et le marché européen qui progresserait dans les prochaines semaines.
    En France, le rendement des OAT à 10 ans a atteint 4% jeudi matin. En revanche, sur le Matif, le contrat à terme Euro Notionnel, échéance mars 1999, a accusé un recul de 46 centième pour atterrir à 111,27 points contre 111,73 la veille. Pour sa part, le rendement du Bund allemand a connu une hausse. Il est donc passé à 3,89% après la baisse enregistrée la veille (3,864%).


    Croissance américaine soutenue


    S table, le taux de croissance américain a atteint de très bonnes performances ces deux dernières années. L'évolution du PIB est de 3,9% en 1998. Les prévisions pour 1999 tablent sur 2,5 à 3%. Si l'optimisme est de mise, la crainte est grande d'un resserrement de la politique monétaire. En tout cas, le discours d'Alan Greenspan est clair sur ce point. L'indice des consommateurs américains est en hausse, créant une pression vers le haut sur le marché boursier. M. Grenspan met en garde contre cette euphorie compte tenu de l'environnement incertain à l'étranger qui peut prouver la vulnérabilité du marché américain.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc