×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Et en plus, de la triche et de l’indiscipline!

Par L'Economiste | Edition N°:2759 Le 18/04/2008 | Partager

. Pour la première fois, une enquête sur un sujet «tabou». Désintérêt, forte charge de travail, absentéisme…S’il y a des phénomènes scolaires que dénonce vivement le corps enseignant, ce sont aussi la triche et l’indiscipline. Pour la première fois, une enquête traîte d’un sujet considéré pendant longtemps comme «un tabou» de l’enseignement. La triche est l’un des problèmes majeurs évoqués par la majorité des enseignants sondés. Cette pratique s’avère être un problème spécifique aux enseignants du secondaire (72%), plus spécialement dans les lycées (85%).Autre comportement récurrent dénoncé, l’indiscipline des élèves en classe et ses ramifications qui inquiètent le plus. S’il y a unanimité entre enseignants, tous niveaux confondus, c’est bien par rapport au comportement irrévérencieux des élèves et lycéens. Ils sont 63% de professeurs dans le secondaire et 53% d’instituteurs à considérer que l’indiscipline des élèves a empiré comparée à ce qu’elle a été il y a 5 ans. Même les enseignants du primaire pointent du doigt des difficultés à communiquer avec les élèves. Une situation qui se traduit par des conflits au quotidien! Selon l’enquête: «Une fréquence de conflits un peu plus élevée a été signalée par les enseignants» ces dernières années. Pour le secondaire, c’est surtout dans les établissements urbains, plus particulièrement ceux des petites villes, que l’indiscipline des élèves est jugée plus forte, révèle l’enquête. 69% des enseignants de petites villes se plaignent de ce phénomène contre 62% dans les grandes agglomérations. Dans le primaire, l’indiscipline varie selon le milieu (urbain/rural) et la région (nord/sud). Ainsi, l’enquête déduit que 66% des instituteurs dénoncent l’indiscipline en milieu urbain contre 47% dans le rural. Plus encore, ils sont 72% à se plaindre de ce phénomène dans le Sud contre 51% dans le reste des régions. En même temps, les enseignants sondés s’accordent à dire que la charge de travail des élèves est plus élevée. Les efforts exigés des élèves sont plus importants. D’où un stress au quotidien. Cela revient à dire que les emplois du temps sont trop chargés (71% primaire, 61% collège et 74% au lycée). S’y ajoutent le nombre de matières à étudier en une année (respectivement 70%, 62% et 70%) et le nombre d’heures de cours jugé trop élevé. Du coup, «peu de temps est laissé aux activités parascolaires. De nombreux devoirs se font à la maison. Et les professeurs ont de plus en plus de mal à boucler les programmes dans les temps impartis». Les enseignants pointent aussi du doigt un autre phénomène devenu aussi récurrent et qui se manifeste par le désintérêt de certaines matières. Une situation préoccupante (70% dans le primaire et 61% dans le secondaire). Ce qui se traduit à terme par le passage à un autre cap, l’absentéisme.


La «falaka» a encore de beaux jours…

Parmi les comportements jugés les plus condamnables par la profession elle-même figurent: la punition corporelle. Tenez-vous bien, seuls 17% des professeurs du secondaire et 39% des enseignants du primaire condamnent cette pratique. Viennent juste après les cours supplémentaires dispensés par les enseignants aux élèves de leur propre classe. 46% des enseignants du secondaire et près du tiers de ceux du privé réprouvent cette pratique devenue courante.A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc