×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Essaouira/Tourisme
    Des hectares supplémentaires pour la station Mogador

    Par L'Economiste | Edition N°:2166 Le 07/12/2005 | Partager

    . Avec 185 ha de plus, la Saemog a réajusté ses études. Nature et environnement avec un parcours de golf de 36 trous La société d’aménagement d’Essaouira-Mogador (Saemog) a modifié son plan d’aménagement. Des hectares supplémentaires (185 ha) ont été requis pour réaliser un parcours de golf de 36 trous dans la phase I. L’objectif de la société est de faire du site une destination golfique de dimension internationale. Avec un coefficient d’utilisation du sol de moins de 10%. Des études sur le site au relief particulier ont été effectuées pour la réalisation du projet en trois phases. «Les aménagements immobiliers et hôteliers seront en intégration dans la nature et l’environnement», indique aussi Jean-Robert Reznik, président de la Saemog. C’était à l’occasion d’une visite guidée à la station balnéaire au profit des journalistes pour s’informer de l’état d’avancement des travaux, samedi dernier, en marge des 3e Assises nationales du tourisme (cf.www.leconomiste.com). Ainsi, la station touristique du plan Azur sera réalisée en trois phases s’étalant sur 9 ans. A terme, l’investissement pour l’aménagement de la station Mogador-Essaouira nécessitera plus de 1,2 milliard DH. A noter que la société représente le groupement Thomas & Piron en tant que chef de file, Risma (groupe Accor) et la société foncière Colbert Orco Développement. «La Saemog est soucieuse de faire de cette station un haut lieu de fusion entre nature et espace», précise Reznik. Et d’ajouter que grâce à la modification du plan d’aménagement, la société offre, d’une part, un accroissement non négligeable du nombre de lits, tant hôteliers que résidentiels, disponibles dès la réalisation de la première phase. D’autre part, elle engage un investissement sur un programme beaucoup plus ambitieux que celui prévu initialement. De fait, le montant d’investissement sera environ trois fois plus important. La réalisation d’un projet d’une telle envergure a des répercussions considérables sur la création d’emplois, est-il aussi remarqué. Pendant la phase de réalisation, les travaux devraient permettre la création d’au moins 2.000 emplois. A la mise en en exploitation de la phase I de la station, le nombre d’emplois directs créés devrait s’élever à 2.350. L’hôtellerie permettra de générer 1.500 postes, le résidentiel 300, les 2 golfs assureront du travail pour 250 personnes alors que la gestion de la station nécessitera 300 postes. Au total, la station Mogador permettra, à terme, 3.900 emplois directs et près de 18.000 emplois indirects. Par ailleurs, et conformément à la convention intervenue entre le gouvernement marocain et les actionnaires de la Saemog, une augmentation de capital a été décidée lors de l’assemblée générale des actionnaires le 2 décembre dernier à Essaouira. Ce dernier s’élèvera désormais à 200 millions de DH. L’augmentation a été entièrement souscrite par le groupe belge Thomas & Piron à hauteur de 34%, de 33% pour le groupe Risma et de 33% également pour le groupe franco-néerlandais Colbert & Orco. La demande du permis de lotir a été déposée le 28 octobre dernier à laquelle le comité local a donné une suite favorable. De notre correspondant, Mohamed Ramdani

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc