×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Energies renouvelables: Trop d’intention tue l’action!

    Par L'Economiste | Edition N°:1780 Le 01/06/2004 | Partager

    . Baisse de la recherche publique et des subventionsLa part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie des pays membres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a diminué ces dernières années, en dépit des intentions affichées des gouvernements, estime l’organisation internationale. Après avoir progressé à 6% jusqu’en 1992 contre 4,6% en 1970, elle a régressé à 5,5% en 2001, écrit l’AIE dans une étude qui sera présentée aujourd’hui mardi lors d’une conférence internationale sur les énergies renouvelables à Bonn (ouest). Entre 1990 et 2001 la consommation d’énergie produite avec des sources d’énergie renouvelables a progressé de 1,2% par an dans ces pays, soit beaucoup moins vite que la consommation globale (1,6% par an). La contribution des renouvelables à la production d’électricité a constamment diminué, de 24,1% en 1970 à 17,4% en 1990 et à 15,1% en 2001. Sur 650 pages, l’AIE fait le bilan des trente dernières années dans ses 26 Etats-membres (tous les pays occidentaux plus Turquie, Hongrie, République tchèque et Corée du Sud). D’une manière générale, estime l’AIE, les renouvelables ont pâti de la baisse de la recherche publique et des subventions consacrées à ces filières à partir de 1982. Elles ont représenté 7,7% des crédits recherche-développement consacrés à l’énergie dans la période 1987-2002 contre 8,4% en 1974-1986. Trois pays (Etats-Unis, Japon, Allemagne) ont fait 70,4% des efforts de recherche sur l’ensemble de la période. L’AIE fustige les autres. “La part déclinante des crédits publics de recherche et développement consacrés aux énergies renouvelables n’est manifestement pas compatible avec les intentions politiques affichées dans beaucoup de pays membres de l’AIE d’augmenter la contribution des renouvelables au bouquet énergétique”, juge-t-elle.-Un parc d’éoliennes dans la Navarre au nord de l’Espagne. Cette région est devenue en moins de dix ans une référence dans toute l’Europe pour le développement des énergies renouvelables, qui fournissent 61% de sa consommation d’électricité-Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc