×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
Best Intérim profite de la dynamique du marché

Par L'Economiste | Edition N°:2760 Le 21/04/2008 | Partager

. La croissance est cependant contrariée par la guerre des prix. Plus de 7.600 placements réalisésAvec un chiffre d’affaires de 54 millions de dirhams contre 43 millions en 2006, Best Intérim boucle l’exercice 2007 avec une croissance de 25,5%. «Cette performance se justifie par la focalisation de l’entreprise sur les profils qualifiés» explique Zahir Lamrani, Administrateur directeur général. Cependant, le spécialiste de l’intérim estime que cette croissance aurait été plus conséquente si deux facteurs n’étaient pas venus la contrarier: la limitation de la durée de mission des salariés en intérim à trois mois renouvelable une fois et la guerre tarifaire entre les opérateurs. « La limitation de la durée lèse les intérimaires qui, au moment ou ils commencent à s’adapter à l’entreprise et comprendre le métier, cet élément légal les arrête» souligne Lamrani. Pour contourner la contrainte légale, quelques entreprises, ainsi que des spécialistes du travail temporaire, font changer à l’intérimaire la fonction qu’il assuré durant les six mois. «Si la loi prévoyait, à l’instar de ce qui se passe en France ou de ce qui est prévu pour les contrats Anapec, qui permettaient le prolongement jusqu’à 18 mois, cela aurait permis aux intérimaires d’avoir assez d’expériences. Ainsi, ils ont plus de chance d’être recrutés par les entreprises» insiste le directeur général.). Actuellement Best Intérim fournit deux sortes de prestations. La gestion de contrats, qui est la plus développée sur le marché parce que les employeurs préfèrent transférer le risque de gestion des salariés temporaires (qui le restent très longtemps). «C’est également la forme sur laquelle il y a une grande bataille. Nous avons commencé, il y a quelque temps avec des facturations de 1,60% du salaire. Aujourd’hui des entreprises facturent à 1,38%» souligne Lmarani. Cette forme représente 65% du chiffre d’affaires de Best Intérim qui a décidé d’instaurer un prix plancher pour cette prestation. La société axe actuellement son intervention dans le secteur sur la mise à disposition (35% de son activité) parce qu’elle génère moins de risque et recèle une valeur ajoutée importante. Le profil des intérimaires est composé de 60% ayant un niveau bac. Les titulaires d’un bac + deux représentent 40%. Ce sont les assistantes de directions qui ont été les plus demandées, suivies de commerciaux et de juristes. Par secteur, c’est l’industrie qui occupe la première place avec 70% des placements sur le marché du travail. Les services viennent en deuxième position. A ce niveau il faut signaler que la bancassurance, qui prend de plus en plus d’ampleur, a recruté les 2/3 de l’effectif de ce secteur. En dernière position on trouve l’administration, avec seulement 2%. Le salaire moyen est passé de 2.200 dirhams en 2006 à 3.500 en 2007 soit une progression de 24%. Cela s’explique par la tendance du marché du travail qui demande de plus en plus de profils qualifiés. Best Intérim a traité plus de 7.600 placements l’an dernier. Jalal BAAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]iste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc