×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & carrière
Baromètre social Optimum-BPI Maroc/L'Economiste
Les cadres réclament plus de reconnaissance

Par L'Economiste | Edition N°:1720 Le 08/03/2004 | Partager

. Leur engagement professionnel est clairement revendiqué. Importante fierté d'appartenance à l'entreprise. Mais systèmes de rétribution jugés inéquitablesUn baromètre social pour mesurer la satisfaction et les attentes des cadres. Les entreprises l'attendaient, il est enfin là. Réalisé par Optimum-BPI Maroc et sponsorisé par L'Economiste, Total Maroc et Cooper Maroc, ce travail a été effectué en réponse à une demande pressante des managers et chefs d'entreprise, indique Meryem Bennani, consultante et chef de projet à Optimum-BPI Maroc. “Nos clients souhaitaient avoir une plus grande visibilité sur la perception qu'ont les cadres de leur entreprise, sur leurs attentes et le niveau de leur satisfaction”, explique-t-elle. Aussi, le cabinet, qui vient de boucler ce premier baromètre social national (BSN), en promet-il un tous les deux ans. Quatre grands axes (avec 7 dimensions par axe et 2 questions par dimension) ont été retenus par les enquêteurs pour mesurer la satisfaction au travail: le management de l'entreprise, son efficacité, les relations internes et la reconnaissance des performances du cadre. Pour chacun de ces axes, il s'agissait, souligne Meryem Bennani, d'une part, de faire ressortir le niveau de satisfaction des cadres par rapport à “l'existant” et d'identifier, d'autre part, leurs attentes prioritaires, tant à travers “le désiré” que l'écart entre “l'existant” et “le désiré”.Pour cette première édition, la collecte de l'information s'est déroulée sur 3 mois (elle a débuté fin octobre 2003 et s'est achevée fin janvier 2004) sur la base d'un questionnaire propre au groupe BPI appelé Sextant ©. Le dépouillement et l'analyse des informations recueillies se sont déroulés en deux grandes étapes. D'abord, l'analyse statistique qui a été confiée à un service spécialisé au sein du groupe BPI en France. Ensuite, une analyse selon les catégories (sexe, âge, fonction, ancienneté…) et une variante par secteur d'activité. Quatre consultantes d'Optimum-BPI Maroc ont été mobilisées pour ce travail, indique Meryem Bennani. Une première lecture de ce baromètre social révèle que les cadres, quel que soit leur secteur d'activité et toutes catégories confondues, reconnaissent que des actions sont entreprises au sein de leur organisation. “Ils conviennent en effet que l'entreprise dans laquelle ils évoluent se mobilise et qu'il y a des réalisations en termes de management, de relations internes, d'efficacité et de reconnaissance”, explique Meryem Bennani. Les cadres sont toutefois d'autant plus exigeants sur les réalisations qu'ils ont 5 à 10 ans d'ancienneté dans leur entreprise. Alors que la note moyenne de l'existant toutes catégories et secteurs d'activité confondus est de 6,1 sur 10, elle n'est que de 5,7 pour cette catégorie de cadres. Ces derniers “se situent donc dans la phase où l'on s'interroge légitimement sur son envie de faire carrière dans la structure où l'on se trouve”, commente Françoise Gaigné-Guiraudie, directeur Développement chez Optimum-BPI Maroc.Les fonctions les plus directement en contact avec le client (commercial et marketing) sont également les plus nuancées dans leurs appréciations (5,7 et 5,8 respectivement).Pour les dimensions qui constituent ce que les consultants d'Optimum-BPI Maroc ont nommé un socle fondateur, il ressort que les entreprises rencontrées possèdent globalement des fondations solides pour bâtir une dynamique de performances plus forte et individualiser davantage la “reconnaissance”. Ces fondations sont constituées d'abord par la fierté d'appartenance des cadres. L'enquête montre en effet que le sentiment d'appartenance est bien exprimé (8,1 sur 10). De même, les cadres reconnaissent la notoriété de leur entreprise et s'inscrivent dans ses valeurs communes qu'ils disent avoir intériorisées (7,1).Autre élément de ce socle fondateur, l'engagement professionnel qui est exprimé clairement vis-à-vis de l'entreprise. Engagement sans doute favorisé par la qualité des relations au sein de l'organisation (6,4) en dépit d'une ambiance pas toujours conviviale (5,5 ) et d'un esprit d'équipe disparate selon les catégories (6,0). La population enquêtée a une perception positive de “l'existant'' en matière de management de l'entreprise (6,3) dont elle plébiscite en particulier la cohérence des objectifs qui est notée 7,1 sur 10 (soit la plus haute note accordée aux dimensions de l'axe management). Vient ensuite la vision stratégique de l'entreprise dont ils apprécient la déclinaison en objectifs opérationnels. L'”esprit de service au client” est également assez développé chez les cadres (7,3) même si le souci de la qualité ne l'est pas autant (6,3). De même pour la réactivité qui récolte un score d'à peine 6 sur 10 et qui semble surtout porté par les plus de 15 ans d'ancienneté (6,4).“De tout cela, il résulte que les dispositifs de base sont là et qu'il ne reste plus qu'à les dynamiser par la synergie de dispositifs RH et une plus forte responsabilisation de la ligne managériale”, fait remarquer Françoise Gaigné-Guiraudie. Ce qui, selon elle, explique le faible degré de perception des dimensions rémunération (4,5), formation (4,8), évolution professionnelle (5,2) et souci des coûts (4,7).L'axe reconnaissance, qui regroupe les trois premières dimensions, obtient en effet le plus faible score (5,8). Les cadres critiquent le manque de reconnaissance individualisée, mais cela ne les empêche pas d'avoir un fort sentiment d'appartenance.Au travers de la faible perception de l'existant sur ces quatre derniers thèmes, les cadres semblent dire que si les dispositifs existent sur le papier ou sous forme de procédures, ils sont insuffisamment utilisés. Un clin d'oeil aux patrons qui n'en font pas encore des outils de management à part entière.


Fiche technique

Pour les besoins de l'enquête, Optimum-BPI Maroc a retenu un échantillon de 27 grandes entreprises employant entre 40 et 2.400 personnes et réalisant un chiffre d'affaires de plus de 35 millions de dirhams. Ces entreprises ont été sélectionnées dans huit secteurs d'activité (industrie pharmaceutique & chimique, énergie, NTIC, services, agroalimentaire, banque & assurance, industrie lourde et industrie électrique & électronique.Les cadres interviewés, 282 au total dont 71% d'hommes, ont été regroupés selon les critères suivants: avec encadrement/sans encadrement, femmes/hommes, tranches d'âge (- de 35 ans; 35 à 45 ans et + de 45 ans) et ancienneté (- de 5 ans, de 5 à 10 ans, de 10 à 15 ans et + de 15 ans). En outre, cinq fonctions ont été retenues: “Technique” (avec 34% de l'échantillon), “Commercial” (19%), “Marketing” (8%), “RH et administratifs” (14%), “Comptabilité-Finance et Juridique” (25%).Compte tenu des cibles concernées, de la taille de l'échantillon et afin d'obtenir un taux de réponse significatif, les questionnaires ont été auto-administrés par les cadres, expliquent les enquêteurs. La réalisation de ce baromètre social a reposé essentiellement sur un outil de mesure de satisfaction -le Sextant ©- développé par le Groupe BPI auprès d'entreprises internationales puis adapté et étalonné par Optimum-BPI Maroc, est-il indiqué. Les quatre principaux axes d'investigation du Sextant © sont: • L'efficacité: Efficacité de l'organisation, ses principales caractéristiques, ses objectifs stratégiques;• Le management: Répartition des tâches et des responsabilités, traduction des objectifs stratégiques;• Relations internes: Fonctionnement des équipes, mode de régulation des relations et des tensions;• Reconnaissance: Récompense du travail individuel, motivation et gestion de l'individu.Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc