×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Economie d'énergie: l'expérience de la SAMIR

Par L'Economiste | Edition N°:42 Le 13/08/1992 | Partager

L'économie d'énergie est une question de conception et de recherches permanentes dans l'amélioration des performances de la raffinerie au niveau de la réduction des pertes et consommations et de la valorisation maximum de la matière première. Elle est en plus une question de discipline quotidienne et de précision dans les procédures de surveillance. Telle est la leçon que l'on peut tirer de l'expérience de la Samir; expérience qui veut économiser 60 millions de DH par an. "Inculquer l'économie d'énergie" dans l'esprit de tous les employés de la Samir, tel est l'objectif des campagnes de sensibilisation menées au sein de la première raffinerie du Maroc. Un service est chargé spécialement de la conduite de l'opération, le service "Minimisation des pertes et consommations".

Reperer et éliminer dans les plus brefs délais les sources de gaspillage en matière de consommation énergétique, tel est le rôle assigné au service "Minimisation des pertes et consommations" de la Samir. Ce service appartient à la division Process et Environnement qui en compte deux autres: le service Valorisation et le service Protection de l'Environnement Naturel. Le premier a pour objectifs l'amélioration des rendements en produits nobles à partir de la matière première qui intervient dans le processus de raffinage et d'identifier toutes les améliorations possibles pouvant réduire la consommation d'énergie.
Le deuxième a pour rôle la gestion des rejets des eaux résiduaires et atmosphériques avec des installations adéquates, conformément aux normes internationales pour protéger la faune, la flore et l'environnement. Cette division relève de la Direction de la Production et constitue une sorte de "commando" selon le Directeur de la Production de la Samir.

Le service "Minimisation des Pertes et Consommations"

Ce service est une cellule animée par quatre personnes: un ingénieur-chef de service et trois techniciens. Le chef de service "Minimisation des pertes et consommations" a pour mission d'agir sur tous les paramètres qui réduisent le gaspillage, les pertes, en matière de consommation directe et indirecte d'énergie. Il peut intervenir auprès des différents opérateurs, chefs de service, de division de production et maintenance pour atteindre ces objectifs. "Son rayon d'action s'étend à toute la raffinerie", souligne la Direction.
Parmi les techniciens, chacun a la charge d'une tâche. Un technicien s'occupe de la consommation directe de Fuel oil ou Fuel gaz utilisé comme combustible dans les fours et chaudières.
Il suit les performances des appareils de consommation d'énergie en vue de minimiser la consommation des combustibles à la lumière des objectifs et standards escomptés. Pour ce faire, il est chargé de relever les paramètres liés à l'économie d'énergie dans le processus de raffinage.
Cette attribution comprend l'étude du rapport de recyclage reforming, l'analyse des températures de coulage des produits, des taux de solvant, des températures de préchauffage...
Dans son programme journalier, il a par exemple la charge du réglage de la combustion de 5 fours ou chaudières par jour.

Planning hebdomadaire

Toutes ces tâches lui imposent d'établir un planning hebdomadaire de visite des fours et des chaudières. Toutes les observations sont portées sur une fiche contenant le rendement, la température de la fumée, l'excès d'air, les consommations du four et chaudière, et le coût de l'écart par rapport à l'objectif assigné. Enfin il suit de près dans la raffinerie l'évolution du facteur d'encrassement des échangeurs de préchauffe...
Un autre technicien s'occupe des consommations indirectes en énergie ou en matières telles que les fuites de vapeur, les purgeurs, les compen-sateurs de température... Son rôle consiste à éliminer les sources de consommation inutile en énergie ou en matière comme les pertes thermiques par mauvaise ou absence d'isolation thermique.
Il a aussi pour mission de "diagnostiquer" par zone l'état des purgeurs de la raffinerie, toujours selon un planning hebdomadaire. Il fait réparer par la suite les purgeurs défaillants et les fuites de vapeur.
A titre d'exemple, une fuite de vapeur peut coûter à l'entreprise entre 13.000 et 120.000 Dirhams par an, en fonction de la taille de la fuite.
Une autre mission qui lui est assignée est la surveillance du calorifugeage des surfaces dont la température est élevée. Ses observations et remarques sont consignées dans un rapport.
Le dernier technicien est, quant à lui, chargé du suivi de la consommation d'eau et d'électricité. Sa mission consiste à supprimer l'éclairage inutile, à suivre les rendements des moteurs électriques et des turbo-alternateurs ainsi que l'équilibre électricité-vapeur.

Equipe de choc

Cette "équipe de choc" dispose de deux types de matériel pour réaliser la tâche qui lui est assignée: l'un portatif, l'autre fixe.
Le matériel portatif comprend trois instruments. Le premier est un analyseur portatif qui sert à contrôler l'oxygène sur les fumées. Il vérifie le rendement des fours et des chaudières en qualité de combustion. Les deux autres instruments sont le contrôleur de purgeurs et le contrôleur de température.
Le matériel fixe, quant à lui, se compose essentiellement de compteurs visant à contrôler la consommation de combustible, d'eau, d'électricité, de vapeur et d'allure de production, ainsi que le contrôle de température dans le processus de raffinage.
La mission de ce service ne s'arrête pas là, puisqu'il est chargé, par ailleurs, d'assister et d'aider les différents services de la Samir dans la gestion rationnelle de l'énergie. "Il apporte son assistance à la direction chargée de l"exploitation pour l'aider à mieux utiliser l'énergie en complémentarité avec les autres services de la même division", indique le Directeur de la production de la Samir.
Ce service joue en quelque sorte le rôle d'animateur efficace dans le fonctionnement efficient des installations de la Samir en limitant le gaspillage au minimum. En effet, ce service a la charge de déceler, de repérer et d'éliminer rapidement les éventuels gaspillages et surconsommations de la raffinerie.
On souligne à la Samir que le souci de lutte contre le gaspillage est présent depuis longtemps: aussi bien au niveau de la conception que de l'éxploitation des unités de productions. En plus, elle mène une recherche permanente pour identifier toutes les améliorations possibles et réalisables. Cette"philosophie" n'est pas une préoccupation récente, puisqu'elle est antérieure aux chocs pétroliers.
Dès sa création, la Samir a créé un service chargé du suivi quotidien de la consommation énergétique sur la base de standards internationaux. Ce service a pour nom aujourd'hui "le service minimisation des pertes et consommations".
Ainsi les responsables de la Samir sont capables de déceler si l'unité fonctionne de manière efficiente ou non. Ce suivi journalier permet aux responsables des différents centres de coûts de déceler au plus vite la faille et prendre les mesures qui s'imposent.
Pour la Samir, il s'agit d'une "thérapie de groupe et d'une éducation basée sur des gestes simples qui permettent à la société de minimiser ses pertes liées à une surconsommation ou des fuites de vapeur ou une mauvaise combustion". "L'économie d'énergie est la somme de petites économies réalisées dans l'espace et dans le temps" indiquent les responsables de la raffinerie. Depuis que la structure fonctionne, les gains se chiffrent à des dizaines de millions de Dirhams par an. Des tableaux de bord sont établis mensuellement par centres de coûts. Ils permettent à chaque chef responsable de centre de suivre les performances de son unité ainsi que les écarts enregistrés entre les prévisions et les réalisations. Cette situation est suivie par la Direction de Contrôle de Gestion.
"Cette volonté de lutter contre le gaspillage implique tout le personnel", souligne-t-on auprès de la Samir.
Au niveau des employés, des campagnes de sensibilisation sont menées.
Outre l'affichage sur les lieux de travail et les campagnes spécifiques (séminaires...), la Samir assure la formation continue de son personnel.
En moyenne, chaque employé suit 4 heures de cours par semaine pendant la durée de chaque cycle de formation.
En plus de l'aspect garant de l'approvisionnement énergétique du Maroc, la Samir peut assurer un soutien à l'Association Marocaine de la Gestion de l'Energie (AMGE) dans toute activité visant à sensibiliser les consommateurs à une utilisation rationnelle de l'énergie.

A. L.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc