×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Echanges Maghreb/UE
Les exportations algériennes à la traîne
De notre correspondant permanent à Alger N. LARIBI

Par L'Economiste | Edition N°:3173 Le 18/12/2009 | Partager

. Elles dépendent exclusivement des hydrocarbures. Le Maroc et la Tunisie tirent leurs épingles du jeuLES économies du Maghreb et de l’UE revêtent une importance les unes pour les autres en terme de chiffres. En effet, les échanges commerciaux avec l’UE tournent autour des deux tiers du total pour le Maroc (63%), l’Algérie (64%) et la Tunisie (72%). Bien que significative, la part avec l’Egypte reste moindre (26%), selon un rapport d’experts de l’Union européenne. Dans leur analyse détaillée de ces relations commerciales, l’Espagne, la France et l’Italie demeurent les principaux partenaires. La France est généralement très présente au Maghreb, alors que l’Espagne est le premier partenaire du Maroc, et l’Italie se détache plus en Algérie, en Tunisie et en Egypte. Par l’analyse de la composition du commerce extérieur de chaque pays, il est possible de mieux caractériser leur rôle économique dans l’économie mondiale et leur position dans la division internationale du travail. Cela dit, le Maroc est, principalement, exportateur de produits manufacturés (textile et cuir 34%), de produits électrique et mécanique (17%), et de produits agricoles (24%). Les minéraux et la chimie représentent également une part significative, bien que mineure, des exportations, notamment grâce à l’industrie des phosphates, principale richesse minière du pays. Idem pour la Tunisie, notamment, dans la production manufacturière qui paraît plus marquée. En termes clairs, la Tunisie a exporté, en 2008, 36% de ses produits textiles et cuir vers l’UE. Les manufactures électriques et mécaniques ont représenté 25% des exportations, soit un total supérieur à 61% pour le secteur manufacturier dans son ensemble. Tandis que le secteur des hydrocarbures, a atteint 16% des exportations vers l’UE. Le cas de l’Algérie est tout à fait différent du fait que les exportations dépendent quasi exclusivement du secteur des hydrocarbures. Celles-ci représentent 97% des exportations vers l’UE. L’économie algérienne est rentière et la croissance économique est très dépendante du prix du pétrole (et du gaz) en particulier lors des périodes de forte demande internationale. Seulement, cette dépendance rend le pays extrêmement vulnérable dans le cas d’une baisse des prix comme des volumes exportés. L’Egypte présente dans ses relations avec l’Europe une situation intermédiaire, avec une grande dépendance vis-à-vis des hydrocarbures. (49% des exportations). Outre l’exportation significative de produits manufacturés (textile et cuir 11%, électrique et mécanique 5%), l’industrie de transformation (chimie 11%, sidérurgie et métallurgie 12%). En ce qui concerne les importations de produits de l’UE, se détache très nettement, pour tous les pays, la part du matériel électrique et mécanique, principalement des biens d’équipement (équipement de transport, centrales électriques). «On distingue très nettement, dans le cas du Maroc et de la Tunisie, le cas des biens industriels intermédiaires, lesquels sont ensuite transformés sur place pour être réexportés.


Concurrence

LES produits textiles depuis l’Europe par exemple, représentent une part globale des importations de 11% pour le Maroc, et 21% pour la Tunisie, alors que dans le cas de l’Algérie et de l’Egypte, la part du textile dans les importations de produits de l’UE 27 est quasiment nulle, soulignent les experts de l’UE. Dans le cas de l’Algérie et de l’Egypte, en plus des équipements, se détachent en particulier les produits de la métallurgie (principalement l’acier) avec 18% des importations, les produits agro-alimentaires (15%), et la chimie (14%, en particulier des produits pharmaceutiques et des plastiques). Il est à noter que si le rôle d’atelier de l’Europe, pour des pays comme le Maroc ou la Tunisie est clairement établi, l’observation de la progression des volumes d’exportation vers l’UE, par rapport à ceux de pays concurrents d’Europe de l’Est et d’Asie, n’est clairement pas à leur avantage.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc