×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Eau potable
L’Onep exporte ses solutions au Cameroun

Par L'Economiste | Edition N°:2797 Le 12/06/2008 | Partager

. Le contrat porte sur 105 villes . Concession d’affermage sur 10 ansUNE première dans l’histoire de l’Office national de l’eau potable (Onep) à l’international. Il vient, en effet, de se lancer dans une nouvelle aventure, africaine cette fois-ci. En effet, depuis le 2 mai, l’Onep est opérationnel au Cameroun. Une équipe d’une dizaine de cadres est déjà sur place depuis plus d’un mois à Yaoundé et Douala. Elle est chapeautée par Mohamed Bennani, directeur général. Ce staff est chargé d’assurer la gestion et l’exploitation (production-distribution) de l’eau potable dans 105 villes ! Un contrat d’affermage qui couvre 10 ans. Un marché attribué par les autorités camerounaises suite à un appel d’offres international lancé en juillet 2006. La Banque mondiale a supervisé l’ensemble du processus de l’appel d’offres à l’attribution du marché et s’est assurée de la transparence des procédures, déclare le Dr Basile Atangana Kouna, DG de Camwater.«C’est la première fois qu’une entreprise publique, issue d’un pays en développement, est adjudicataire d’un marché aussi important dans l’alimentation en eau potable», renchérit Mounir Zouggari, directeur central à l’Onep. A noter que plusieurs opérateurs de renom dont le numéro un mondial (Veolia Water Ami) ainsi que les Eaux de Marseille et Saur, filiale de Bouygues… avaient soumissionné à l’appel d’offres. C’est finalement le consortium marocain (public/privé) représenté par l’Onep, MedZ (filiale CDG), Delta Holding et le cabinet conseil en travaux publics Ingema qui a été retenu. La force de la proposition marocaine est à la fois technique et commerciale. De l’avis du directeur central, qui a formulé la réponse à l’appel d’offres, «l’avantage de notre proposition réside dans le mix public-privé et dans la couverture de tout le secteur». Zouggari fait allusion à l’expérience du service public de l’Onep (production, distribution, urbain, rural…), à l’ingénierie du cabinet Ingema et à la maîtrise des chantiers par Delta Holding. L’appui d’un institutionnel important, en l’occurence MedZ, fut un atout de taille. «En plus du souci de rentabilité, il y a des considérations de coopération sud-sud », ajoute-t-il. Ce schéma est l’aboutissement de la privatisation de la Snec (Société nationale des eaux du Cameroun) via un modèle presque à l’identique du Sénégal. Avec, d’un côté, Camwater, société publique chargée de mobiliser des fonds; et de l’autre, une société de droit privé camerounais chargée de l’affermage des services de production et la gestion de l’eau potable de l’ex-Snec. Dont le capital social est de 106 millions de DH répartis à parts égales entre l’Onep, Delta Holding et CDG Développement (via Ingema et MedZ). Le cahier des charges porte sur la partie exploitation: mise en affermage de la production, transport, traitement, stockage, distribution et commercialisation. C’est le premier contrat de cette nature décroché par l’Onep. Jusque-là, l’Office intervenait à l’international par des actions d’assistance technique, notamment en Mauritanie et en Guinée.


Potentiel camerounais

LE secteur de l’eau potable au Cameroun a pâti pendant longtemps d’un manque d’investissement et de réhabilitation. L’héritage de l’ajustement structurel est lourd. Le Cameroun compte une population de 19 millions d’habitants dont seulement 250.000 sont abonnés actuellement. C’est dire le potentiel de croissance qui s’offre à l’Onep. Au total, le consortium marocain devra alimenter 105 villes en eau. L’objectif étant de doubler le nombre d’abonnés et arriver à quelque 500.000 dans 10 ans. Ce qui requiert de remettre à niveau les installations: des investissements lourds en réhabilitation, adduction, une politique de branchements sociaux, extension du réseau… Le programme d’investissement est estimé à environ 10 milliards de DH sur 10 ans. L’Etat camerounais en est le bailleur de fonds. Amin RBOUB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc