×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier emploi
Que deviennent les lauréats de l’EFA?

Par L'Economiste | Edition N°:1662 Le 15/12/2003 | Partager

. La plupart sont recrutés en tant que commerciaux. Salaire brut de départ: 4.770 DH en moyenne Les 76 lauréats de la quatorzième promotion de l’EFA (Ecole française des affaires) viennent de recevoir leur diplôme. Ils ont eu droit à une cérémonie, à laquelle ont pris part plusieurs personnalités(1). Cette cérémonie a eu lieu deux jours après celle de l’EFA-Oujda (41 diplômés). Les 27 lauréats de Casablanca qui ont réussi avec mention se sont tous vu offrir des cadeaux par des entreprises sponsors, dont la majorité sont membres de la CFCIM (Chambre française de Commerce et d’Industrie du Maroc). Parmi les 76 lauréats, une cinquantaine ont intégré l’entreprise contre une vingtaine qui ont préféré poursuivre leurs études. Quelques-uns seulement cherchent encore un emploi. Cette année, la moyenne des premiers salaires bruts des éfaistes est de 4.772 DH. “Depuis plusieurs années, cette moyenne tourne autour de 4.800 DH”, indique Olivier Randonneix, directeur de l’école. Et d’ajouter que d’après une étude effectuée sur les 7e, 8e et 9e promotions, les salaires des éfaistes doublent au bout de quatre ans et demi d’activité professionnelle. “Certains d’entre eux ont même de brillantes carrières”, précise Olivier Randonneix. La majorité des éfaistes accèdent à des postes de commerciaux dans des entreprises marocaines ou des multinationales dans divers secteurs (informatique, grande consommation, climatisation, transport, tourisme…). Mais ce n’est pas une règle générale. Quelques-uns deviennent journalistes, responsables communication en entreprise ou en agence de communication. D’autres s’orientent vers la politique ou se lancent dans l’entreprenariat. Beaucoup exercent aussi des activités dans le domaine associatif. Formation continueCette année, l’EFA compte accueillir un cycle de formation continue destiné aux cadres en cours d’emploi qui serait assuré par l’IFF (institut français de formation). Ce dernier siège dans les locaux de l’école. “A la demande de nos lauréats, nous comptons mettre en place des cursus d’une année en mode formation continue dans plusieurs spécialités”, a annoncé Olivier Randonneix, sans préciser de date. Par ailleurs, il est également prévu de créer une annexe de l’EFA à Tanger, une région renfermant un grand potentiel de développement et en manque de compétences. A noter que l’école est engagée depuis plusieurs années dans un processus de certification. Elle a obtenu en 2000 sa certification ISO 9002 version 1994. Elle est sur le point de décrocher la certification ISO 9001 version 2000. “C’est un travail de longue haleine mais passionnant”,fait remarquer le directeur.Nadia BELKHAYAT(1) Consul général de France, président de la CFCIM, président de la Chambre de commerce de Melun, gouverneur d’Aïn Sebaâ, président de la Commune d’Aïn Sebaâ et vice-président du Conseil de la ville de Casablanca.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mar[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc