×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Delta Holding innove pour son IPO

Par L'Economiste | Edition N°:2762 Le 23/04/2008 | Partager

. Près de 65% de l’introduction réservée aux «zinzins». Il n’y aura pas de levier financier. Spéculation interditeInnovation. C’est ce qui caractérise la seconde introduction en Bourse de 2008. Les organismes de conseil et coordination (Attijariwafa bank et Société Générale) ont introduit quelques nouveautés. Celles-ci concernent, en premier lieu, les institutionnels. Leur part représente près de 65% de l’offre (type d’offre IV et V). Pour le management de Delta Holding, cette part allouée aux «zinzins» est en phase avec l’un des objectifs de l’opération. «Cette nouveauté répond au besoin d’avoir dans le tour de table de la société des institutionnels qui vont accompagner le groupe dans la durée et lui apporter une vision stratégique», affirme Hadj Fahim, président de Delta Holding, lors de la présentation de l’opération, lundi 21 avril, au siège hightech de la société. De plus, «cela permettra de faire face aux tensions observées sur le marché secondaire des premiers jours issus de la cotation», ajoute Anas Berrada, DG d’Attijari Finance Corp.La seconde nouveauté porte sur le levier financier. Les organismes de conseil et coordination ont prévu une opération sans levier financier pour éviter l’effet sur souscription. Selon Attijari Finance, c’est l’une des premières fois depuis 2 ans, pour une introduction qui frôle le milliard, qu’on prévoit une opération sans levier. La dernière innovation concerne les personnes morales qui ont vocation à investir dans les valeurs mobilières. «Pour ces sociétés, nous avons prévu une allocation discrétionnaire, intégrant des critères précis de sélection», souligne Berrada. Ayant pris conscience du caractère spéculatif de certains souscripteurs de cette tranche, les organismes de conseil et coordination, en concertation avec le CDVM, ont décidé pour ces investisseurs d’imposer un minimum de 20% en «cash» au moment de la souscription. Mis à part ces quelques innovations, l’introduction en Bourse de Delta Holding s’inscrit dans la lignée de la première IPO de 2008, à quelques expressions près. D’abord le montant global de l’opération qui avoisine le milliard. Ensuite la procédure de première cotation par offre à prix ouvert (OPO), avec une fourchette variant de 870 à 920 DH. Puis la période de souscription s’étale sur une semaine, avec l’ouverture du bal des souscriptions demain. Rappelons que Delta Holding a la possibilité de clôturer les souscriptions par anticipation le 25 avril. Enfin, contrairement à Delattre Levivier Maroc (DLM), les syndicats de placements ont été élargis à 9 intermédiaires. Comme DLM, les méthodes de valorisation retenues pour Delta Holding sont les approches des comparables boursiers et d’actualisation des cash-flows futurs (DCF). Il en ressort une valorisation de la société avant décote à 3,91 milliards de DH, soit 979 DH par action. De fait, «les décotes offertes au marché pour cette opération varient entre 6 et 11,1%», indique Berrada. Avant l’IPO, la structure du capital est dominée par la famille Fahim à hauteur de 79,90%. Le reste est partagé entre les institutionnels pour 5% et la société HFI(1) pour 15,09% des parts. «En 2008, 6 investisseurs ont rejoint le groupe», rappelle Fahim. Il s’agit de Attijariwafa bank, CIMR, EIIC, Fipar Holding , MCMA et Wafa Assurance.Post introduction, le capital de Delta Holding devrait évoluer de la sorte. La famille Fahim verra sa participation se réduire à 72,17%. La part des institutionnels devrait se stabiliser à 4,75%. Les 23,29% restants représenteront le flottant en Bourse. De quoi assouvir les ardeurs des épargnants.


Santé financière

Les fondamentaux financiers de Delta Holding sont sains. Le chiffre d’affaires connaît depuis 2 ans une croissance annuelle de 29%. Il s’établit à près de 1,6 milliard de DH poussé par le pôle Infrastructures qui s’en accapare 52%. En termes de rentabilité, le taux de la marge nette ressort à 8,2%, en progression. De fait, le bénéfice net s’élève à 130,3 millions de DH. Sur la période 2005-2007, il s’est apprécié de 34%. My Ahmed BELGHITI------------------------------------------------------------(1) Société créée pour gérer les intérêts de la famille Fahim hors champs d’action de Delta Holding.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc