×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Découverte d’une technique pour faire pousser des os

Par L'Economiste | Edition N°:2075 Le 29/07/2005 | Partager

. Si elle se révèle efficace pour les humains, la technique pourrait être étendue au foieDES scientifiques ont mis au point une technique pour faire pousser des os permettant ainsi le traitement de certaines maladies génétiques provoquant des malformations osseuses, a révélé mercredi 27 juillet dans une revue spécialisée un chercheur américain basé à Londres. La stimulation d’un os en bonne santé dans un organisme vivant peut générer un nouvel os, qui peut alors être transplanté sur un os défaillant, a indiqué Molly Stevens, membre du Massachussetts Institute of Technology, qui a rejoint récemment l’Imperial College à Londres dans un article de la Revue de l’académie nationale des sciences. Pour les personnes atteintes d’une maladie génétique, il serait alors possible de faire pousser un os en remplacement et de le congeler pour un usage futur. Actuellement, la seule solution pour remplacer un os endommagé est la transplantation d’os prélevés sur les hanches ou les côtes. Si la technique est souvent efficace, l’opération reste extrêmement douloureuse et peut parfois engendrer de sérieuses complications. Les chercheurs ont utilisé la capacité des os cassés à se guérir d’eux-mêmes et ont imaginé un «bioréacteur in vivo», c’est-à-dire une petite cavité située dans l’os. L’expérience, conduite sur des lapins, en raison des similitudes entre leurs os et ceux des humains, a montré que le bioréacteur dans lequel on injecte du calcium, génère un nouvel os, facilement transposable avant qu’il ne fusionne avec l’ancien. «L’os obtenu de cette façon a la force et les propriétés mécaniques d’un os récemment né», a commenté Molly Stevens. Ce nouvel os peut ainsi «s’intégrer très bien sur un site destinataire», a-t-elle expliqué. Si elle se révèle efficace pour les humains, la technique pourrait être étendue au foie et au pancréas. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc