×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

L'Office des pêches organise les marchés de gros

Par L'Economiste | Edition N°:2075 Le 29/07/2005 | Partager

. Une nouvelle halle à Casablanca, à Sidi Othmane. La vente au détail, également en restructuration C’EST désormais officiel. Le marché de gros au poisson de Casablanca se situera dans le quartier Sidi Othmane. L’Office national des pêches (ONP) a choisi de réaménager le terrain initialement prévu pour l’abattage et le commerce de volaille, pour l’adapter aux exigences et normes de la commercialisation des produits de la pêche. Voilà ce qui règle une fois pour toutes, le problème de la deuxième vente (cf.www.leconomiste.com). Celle-ci a longtemps été pointée du doigt, notamment en raison du désordre et l’insalubrité qui la caractérisent. L’ONP finalise actuellement la convention spécifique avec le Conseil de ville de Casablanca pour fixer les conditions de construction, d’organisation et de gestion de la halle au poisson. «Nous tenons régulièrement des réunions avec la communauté urbaine de Casablanca. La dernière a eu lieu le 27 juillet dans la matinée», affirment les responsables de l’Office. Le coût du projet avoisine les 50 millions de DH, dont la moitié sera supportée par l’ONP. «La récupération d’un marché, initialement prévu pour l’abattage et le commerce de volaille, permet de bénéficier des infrastructures du projet réalisé à 50% à ce jour», explique-t-on auprès de l’ONP. La future halle au poisson de la métropole ne constitue qu’une partie du programme général de l’ONP. Celui-ci tend notamment à augmenter la consommation moyenne de poisson, organiser et aménager des marchés de gros et de détail. L’objectif est de répondre aux normes d’hygiène, améliorer la traçabilité des produits et assurer une plus grande intégration de la filière. Outre le marché de gros au poisson, l’ONP fait de la deuxième vente à Tanger, sa seconde priorité. D’ailleurs, le terrain qui servira de marché de gros de la ville du Détroit se situe sur la route de Tétouan dans le quartier Mghougha. «L’appel d’offres pour la construction de cette halle sera lancé dans les jours qui viennent», souligne-t-on auprès de l’Office, qui ne compte pas s’arrêter à Casablanca et Tanger. En effet, il préconise un réseau de distribution constitué de 9 marchés de gros, afin d’assurer une couverture géographique optimale dans le Royaume. Le montant global de l’investissement qui y est dédié tourne autour de 77 millions de DH. Ainsi, il sera procédé soit au remplacement des marchés existants jugés inadaptés au commerce du poisson dans certaines villes telles que Rabat, Marrakech, Oujda et Meknès, soit à la création de nouveaux marchés (Taza et Beni Mellal). Pour ce faire, l’ONP négocie actuellement une convention globale avec la direction générale des collectivités locales (ministère de l’Intérieur). Celle-ci fixerait le cadre général habilitant l’Office à construire les marchés de gros au poisson et la gestion par voie de mandat exclusif. Ce texte permettra de conclure des conventions spécifiques avec les différentes collectivités locales du Royaume. «Le texte est aujourd’hui prêt pour la signature», soutient le management de l’ONP. Les marchés de détail figurent également dans la stratégie de l’Office. A Casablanca par exemple, il compte mettre en place, en collaboration avec le Conseil de ville, un marché de détail dans chacun des 16 arrondissements. Ce projet coûtera 16 millions de DH et la communauté urbaine de Casablanca pourra s’appuyer sur l’expertise technique de l’ONP. «Certains points de vente seront tout simplement récupérés et mis aux normes, d’autres seront créés». L’équipe en charge de ce programme à l’Office ne laisse manifestement rien au hasard puisque même le réseau des marchands ambulants est en phase de restructuration. Le tout dans l’objectif de garantir la qualité des produits proposés aux consommateurs, notamment en assurant à ces marchands des équipements mobiles (triporteurs, caissons isothermes). A cet effet, l’Office a élaboré des montages financiers impliquant des organismes tels qu’Al Amana ou l’Agence de développement social, pour faciliter l’accès au crédit à la population ciblée. Ce programme a déjà commencé dans la ville de Mohammedia. Son coût global est estimé à 10 millions de DH dont un apport de 2 millions supporté par l’ONP pour la seule région de Casablanca. Bientôt, près de 400 marchands sillonneront les quartiers de la métropole proposant aux consommateurs du poisson frais. Ce qui participera à l’augmentation de la consommation moyenne des produits de la mer, pour la faire passer de 11 kg par année et par habitant à 16 kg. Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc