×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Cyclomoteur économique: Un nouveau fabricant sur la liste

    Par L'Economiste | Edition N°:508 Le 17/05/1999 | Partager

    Un nouveau constructeur est venu renforcer l'offre de cyclomoteur économique (CE)(1). Le projet sera réalisé à Casablanca par la société Mondial Moped Maroc Industrie (3MI) et concernera l'industrialisation du cyclomoteur de marque Ramzey, déjà breveté au Maroc. Aux termes de la convention, signée le 14 mai, le fabricant s'engage à réaliser ce projet en procédant à un investissement dépassant les 20 millions de DH avec un taux d'intégration de 25% et en maintenant les prix de vente en dessous de 7.000 DH. Pour sa part, l'Etat marocain accordera au fabricant des exonérations et des abattements douaniers et fiscaux.
    Après le succès de la voiture économique, et «afin de satisfaire un marché potentiel important», l'Etat a élargi ce concept de CE d'une cylindrée n'excédant pas 50 cc. Objectif: mettre à la disposition de la classe moyenne et des étudiants «un cyclomoteur moderne à prix attractif» et dynamiser et développer le secteur des cyclomoteurs et sa sous-traitance, rappelle le Ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (MICA).
    Depuis, des conventions ont été signées avec la société Dimac en juillet 1996 (le CE de marque Peugeot), la Simef en septembre de la même année (marque Simef). En janvier 1998, c'est au tour de la société Mifa pour le montage d'un CE de marque Yamaha et en août 1998 pour un CE de marque MBK/Motobécane. S'ajoute à la liste Stokvis (CE de marque Motogac).
    A rappeler que les principales incitations fiscales accordées concernent l'exonération des droits d'importation et du PFI sur les matières premières et intrants nécessaires à la fabrication, ainsi que la réduction de la TVA sur le CE et sur les matières premières et composants locaux et importés entrant dans la fabrication.
    De son côté, le constructeur doit respecter un prix maximum pour la commercialisation du CE fixé à 7.000 DH TTC et réaliser des taux d'intégration moyens de 15% après une année de la signature de la convention et de 25% après 30 mois de la signature.
    Actuellement, selon le MICA, avec 600 postes stables, le secteur des cycles et motocycles concerne une production annuelle de 260 millions de DH, un investissement de 8 millions de DH par an et un taux d'investissement de 3%. La valeur ajoutée atteint les 50 millions de DH et les exportations près de 8 millions de DH. Le taux de couverture du marché est aujourd'hui de 73%.

    Meriem OUDGHIRI


    (1) Cf notre édition d'hier rubrique De Bonnes Sources.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc