×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Entreprises

Crédit automobile : Campagnes de promotions pour enrayer la chute des ventes automobiles

Par L'Economiste | Edition N°:35 Le 25/06/1992 | Partager

La campagne de promotion crédit automobile est lancée depuis quelques jours. Elle correspond à une période habituelle d'augmentation de la demande. Cependant, le marché de l'automobile a chuté par rapport à la même période de l'année passée. Chaque concessionnaire de marque, via les organismes de crédit de la place, propose des offres attirantes. Ces derniers sont discrets sur leur refinancement. En dépit de la cherté de l'argent, ces campagnes donnent les premiers résultats.

"Faites des économies en achetant votre voiture à crédit" Ainsi pourrait être résumées les offres des, concessionnaires de marque. La campagne de crédit voiture bat son plein. Les journaux et les écrans de télévision sont envahis par différentes annonces publicitaires. Généralement, cette campagne de crédit voiture est circonscrite entre le 1er Juin et le 31 Juillet. Elle est initiée par les différentes maisons de la place pour Renault, Fiat, Peugeot et Citroën. Elle est menée avec la collaboration des organismes de crédit spécialisée comme la Sofac, Diac ou Acred. Pour sa part, Wafasalaf est la seule société de crédit à entreprendre sa propre campagne. Les offres diffèrent selon les concessionnaires et les gammes de voitures. Cependant, la seule motivation " c'est vendre " précise M. Jaffallah de Renault. Pour M. Tahiri responsable du secteur Fiat à la Somaca, l'objectif, "c'est aussi le renouvellement du fichier client." En outre, ajoute-t-il, "le but est de susciter l'intérêt et de discuter avec des gens qui sont prêts à acheter une voiture." II faut préciser que pour cette année, la campagne se situe dans une période particulière. Pour les cinq premiers mois de l'année, le marché de l'automobile a chuté de 15,4% par rapport à la même période de 1991. De plus, les importations de voitures d'occasion sont toujours importantes et gênent les ventes locales de voitures neuves. Cependant, cette opération promotionnelle correspond naturellement aux périodes ou les ventes sont les plus élevées. Cela est particulièrement favorisé par les départs en vacances et l'octroi des primes dans les entreprises. II s'agit notamment, des mois de Novembre-Décembre et de Juin-Juillet. Chaque concessionnaire présente les offres les plus alléchantes. Pour l'achat d'une citroën, Sopriam propose 100% de crédit sur 48 mois, 6 mois de différé sans intérêt sur le crédit et une prime sous forme d'un chèque de vacances d'une valeur de 5.000DH. Renault offre une assurance gratuite pendant toute la durée du crédit et 3 mois de différé pour un crédit d'une durée de 48 mois. Par ailleurs, une opération porte ouverte est organisée en parallèle avec différentes offres à l'appui. Fiat offre des bons d'achat Makro et des voyages à l'étranger. Wafasalaf évalue à 14.000DH l'économie réalisée sur un financement de I00.000DH. Dans cette opération, les vendeurs de voitures n'octroient pas directement le crédit. Leur offre passe nécessairement par une maison de crédit spécialisée dont la prestation peut prendre deux formes. La première est un circuit long. II consiste à affecter le crédit à la vente d'un bien de consommation (véhicules ou équipements domestiques). Le circuit court constitue le second point. II s'agit dans ce cadre d'allouer directement un crédit personnel classique au demandeur. L'opération de crédit auto relève du premier type. Pendant cette campagne promotionnelle, des accords sont conclu, dans certains cas, entre vendeurs et organismes de crédit. Selon certaines de nos sources, la sélection des maisons de crédit se fait sur la base du mieux disant, quant aux conditions de règlement. II s'agit dans ce cadre d'accorder sa préférence à un organisme qui a une bonne surface financière et une trésorerie très solide. Cependant, il n'y a aucune clause d'exclusivité. L'acheteur peut s'adresser directement à l'organisme de crédit de son choix. Les mieux placés sont la Sofac et Wafasalaf qui font le gros des affaires, affirment certains vendeurs. Le mécanisme de financement est très simple. Le client s'adresse au concessionnaire pour choisir la voiture qui l'intéresse. Un dossier est monté au niveau du vendeur selon les conditions pré-établies. II est soumis à un organisme de crédit soit par l'acheteur, soit par le vendeur. Après étude, l'organisme de crédit peut donner son accord de financement. Dans cette perspective, il émet un bon d'enlèvement au profit de l'acheteur et s'acquitte du montant du crédit à vue. On comprendra au passage que l'organisme de crédit finance directement l'achat de la voiture au profit du client. Le contrat tripartite est maintenant circonscrit entre lui et l'acheteur. A cet effet, il prend en charge le recouvrement. La carte grise barrée lui permet de se prémunir contre les incidents de paiement. Une main-levée ne sera établie qu'une fois le remboursement effectué.

Le crédit, à quel taux?

Cette opération de promotion permet aux concessionnaires d'écouler le plus de voitures possibles. Avec la restriction du crédit bancaire, les particuliers peuvent ainsi se procurer beaucoup plus facilement leur voiture, souligne-t-on.

Cela se traduit par l'engouement que la campagne actuelle suscite. En fait cela avait été le cas les années passées affirme-t-on du côté vendeur et maison de crédit. "Tout le monde achète à crédit et la formule encourage la demande." précise-t-on.

Cependant, il faudrait s'interroger sur le coût réel d'une voiture achetée à crédit en ces périodes où le loyer de l'argent devient de plus en plus cher. Les prix proposés incluent globalement les marges et des concessionnaires et des maisons de crédit.

Les taux appliqués doivent en principe dépasser les taux bancaires: refinancement oblige.

Les organismes de crédit restent discrets sur la question. " Nous nous finançons aux conditions du marché. " répond-on laconiquement.

A.D.N.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc