×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2005 Le 22/04/2005 | Partager

Comment voyez-vous le Maroc de 2030?

. Les mêmes têtes... le même résultat La prospective c’est fort important, mais à mon avis le haut-commissaire au Plan doit commencer par faire le ménage chez lui, en se débarrassant de la mafia et des pilleurs des deniers publics qui ont longtemps sévi dans son département et qui ont poussé les meilleurs statisticiens (honnêtes et compétents) à fuir le ministère du Plan. Au fait, les quelques malfrats emprisonnés dans l’affaire «Scandale du plan» ne sont que des boucs émissaires, leurs chefs ne sont toujours pas inquiétés. Signé «personne». Révisons nos leçons!Le plus grand défi est de réconcilier le simple citoyen marocain et le parlementaire. Ils doivent comprendre que le développement se fait à deux, le jour où nous aimerons notre pays et nous saurons travailler pour le défendre, nous ferons beaucoup de progrès. Si l’on pense que signer des accords de libre-échange avec des alliés fera l’affaire, on est complètement à côté de la plaque. Les Marocains doivent aimer leur pays, acheter un peu plus «made in Morocco», faire un peu confiance aux locaux, aider un peu à faire démarrer la locomotive, sans oublier que l’industrie marocaine aussi doit honorer ses promesses et récompenser ce geste de la société marocaine par la bonne qualité. Il faut se réconcilier! Les Arabes sont au plus bas de l’échelle et nous sommes les derniers de la classe. Révisons alors nos leçons!Momo, Bruxelles-capitale. Et maintenant ?Lahlimi, qui est le haut-commissaire au Plan, voudrait faire des projections pour voir quels sont les domaines dans lesquels le Royaume va évoluer, et ça lui prendra 2 ans rien que pour ça. Alors suivez-moi, 2 ans pour faire des prévisions! Le valeureux responsable qui touche 20 fois le Smig! Comptez vous-mêmes. Dans un pays où 25% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté, où 50% de la population est analphabète et qui est classé en 128 position en termes de développement humain, un ministre veut se donner 2 ans pour nous dire quels sont les domaines qui vont évoluer. Mais on se «fout» de qui? Incroyable!La Amrani. Viser les jeunes Ce qui est dit est vrai, mais n’est pas complet car il y aura plus de vol, plus de terrorisme, plus de pauvreté, plus de problèmes sociaux… et ça continue.A mon avis, il ne faut pas attendre les 30 ans. Le Maroc vit dans une insatisfaction totale. Personne n’aime ce pauvre pays, personne ne veut réellement participer au changement, faire un petit quelque chose pour améliorer la situation, en commençant par soi-même. A mon sens, ceux qu’il faut cibler sont les jeunes. Il faut les sensibiliser à la gravité du problème au lieu de leur montrer des émissions qui ne font que les rendre «stupides» et incapables de réfléchir ni de penser. Au lieu de les encourager à se moderniser, il vaut mieux les aider à devenir plus ouverts d’esprit, capables de produire des idées, capables de participer et surtout les inciter à aimer leur pays pour le développer et non pas participer à le détruire.Une Marocaine qui aime son pays. ProspèreCompte tenu du travail réalisé par notre Roi et des différents chantiers mis en place, je pense que notre beau pays sera une économie prospère au point d’avoir des envieux! Au Maroc 2030, il y aurait beaucoup de bonnes choses pour nous à condition de travailler sérieusement intelligemment et lutter contre tous les maux qui empêchent notre économie et notre société d’avancer. Maroc 2030, c’est notre avenir à tous; d’ailleurs les investisseurs européens l’ont très bien compris en investissant dans tous les domaines. Chacun d’entre nous se doit de faire un petit effort pour contribuer au développement de notre patrie.Vive Maroc 2030!B.. A sauver Le Maroc serait pauvre, non pas à cause de sa population jeune ou âgée, mais à cause de l’absence de justice, de visionnaires au pouvoir, de compétition régionale, de concentration des richesses, la présence de parasites au sein des instances au pouvoir, l’absence de finances publiques durables, l’absence d’entreprises citoyennes et la cerise sur le gâteau. L’absence d’amour pour notre chère patrie où l’on peut vivre ensemble en veillant à un partage équitable des richesses disponibles et en sauvegardant celles de nos générations futures. Aimer son pays n’est pas chose facile surtout chez les riches qui, tout en se déclarant patriotes, transfèrent notre épargne au Canada et en France. Donc, il est approprié de trier les vrais citoyens des faux pour sauver cette nation sur le plan économique!D.D.


. I have a dreamEst-on à ce point incapable de se libérer de la réalité et d’imaginer le Maroc de ses rêves? Même ça, ce n’est plus possible ou quoi? Dites-moi que ces quelques interventions n’annoncent pas la couleur des prochaines interventions. SVP respectez mon surnom, merci.Moonligt Sonata. Défrustrez-vous!Moi, je rêve d’un Maroc haut en couleur qui aurait par exemple tellement exporté la mode des habits traditionnels modernisés, que tout le monde chercherait à s’habiller pareil! Je vous assure qu’on est totalement «fashionnable» pour peu qu’on ouvre les yeux! Je vois par exemple la musique chaabi écoutée en Allemagne, en France et faire les hits américains! Je rêve aussi d’une école si performante que notre intelligence brute et travaillée serait un exemple dans la Méditerranée (parce qu’on en a de l’intelligence, il faut juste débloquer l’ascenseur social). Je vois aussi des stars du ballon rond, de la danse aquatique, du basket et du ping-pong sillonner le monde et porter le drapeau marocain. Je vois le Maroc comme la Suisse du Maghreb avec des Marocains qui s’habillent haut en couleur et avec des Marocaines qui font des coups de gueule quand on ne les respecte pas dans la rue (ce qui alors serait perçu comme un véritable scandale puisque tout le monde serait moyennement éduqué et «défrustré»)! Je vois aussi des astronautes qui travaillent dans les bases marocaines pour le lancement de la prochaine fusée «Morocco 2040»!Je rêve aussi de grandes marques marocaines (des brands) qui concurrencent, dans le haut et moyen de gamme (le reste sera pour les Chinois) d’autres marques internationales, (genre Coca-Cola)Voilà, je rêve, c’est dur de le faire avec cette réalité, mais je rêve les yeux ouverts et ce sont ces rêves qui guident nos pas... et empêchent de naviguer à vue comme nous le faisons depuis toujoursAh oui! Je rêve d’une carte de «Santé Vitale» (à la française mais pas comme les Français) où la Santé serait un problème résolu depuis longtemps chez nous, d’un Smig minimum pour tout le monde et d’un système de solidarité performant.Bien sûr nous aurons les plus beaux et les plus délicieux mets du monde (comme maintenant) et tout le monde courtisera notre cuisine, nos aliments et nos produits à base de ces aliments que nous aurons pris le soin d’emballer nous-mêmes pour les vendre avec plus de valeur ajoutée et ne pas laisser ces marchés aux compétiteurs.Je nous vois bien entendu faisant du commerce avec l’Algérie qui aura mûri depuis et qui aura réglé ses complexes avec le Maroc puisqu’elle serait aussi en voie de démocratisation.M.S. Casa

. Une idée de forumJe vous remercie pour les sujets intéressants que vous lancez dans les forums de L’Economiste, je propose un sujet que j’aimerais bien discuter avec les autres lecteurs et internautes:»les nouvelles dispositions routières»et merci de votre attention. Imane B. professeur, Tiznit. Le pape au paradisMes enfants m’ont demandé en regardant les cérémonies liées à la mort du pape, si ce dernier irait au paradis, bien qu’il ne soit pas musulman. J’ai répondu que oui car il me semble que le paradis est ouvert à tous les prêtres bons et justes, qui ont fait le bien autour d’eux, quelle que soit leur religion. L’islam, pour moi, est assez ouvert et tolérant pour ouvrir ses portes à l’autre. Ma femme n’était pas d’accord: pour elle, le paradis est réservé aux seuls musulmans. Je suis sûr d’avoir raison, mais je n’ai pas voulu entamer une dispute devant les enfants pour cela. Mais j’aimerais quand même savoir. Et merci.Mohamed Amine G., enseignant, Mohammédia . Pas étonnant Le scandale de l’orphelinat de Casablanca, dénoncé par SM le Roi n’est pas étonnant tant que la Cour des comptes n’existe que par le nom et tant que les voleurs et malfaiteurs comptent sur la corruption du système judiciaire pour sauver leur peau. La seule solution est l’indépendance des juges et la confiance n’exclut pas le contrôle. Tant que notre justice est structurellement malade, tout le pays restera malade, car la victime devient l’agresseur et l’agresseur la victime. C’est honteux et rien n’étonne plus! Abdou B. MRE. Si la barbe… Méfions-nous foncièrement des institutions qui se voilent derrière les sentiments comme la solidarité, la pitié etc. En livrant des orphelins, c’est-à-dire les enfants les plus faibles, les plus fragiles, les plus traumatisés, en livrant ces êtres sans défense aux griffes des «institutions bénévoles ou musulmanes», c’est comme jeter un beignet chaud au sloughi affamé. Il a fallu donc la visite de Sa Majesté en personne pour que le débat reprenne. Question: combien y a-t-il d’institutions de ce genre? Quel est le nombre des orphelins? Qui sont ces orphelins? Quelle est l’autorité responsable juridiquement en cas d’abus? Le financement et la gestion: est-il tolérable dans un pays qui a l’ambition de se moderniser de ne pas reconnaître qu’il existera toujours des orphelins et que c’est la société civile (la province, la ville, le village) qui devrait avoir un budget et un conseil constitué par les citoyens en plus des élus, un expert-comptable en plus de l’économe, la gestion des activités, des inspections mensuelles (police des finances, experts-comptables, secrétaires sociales en plus des citoyens par exemple, un conseil, etc). Il faut nommer un ministre responsable(!) pour les orphelins, les bonnes et autres et un ministère responsable financé par l’Impôt général en plus des contributions des Habous et des dons. Surtout interdire ces confréries louches cachées derrière ce business qui se nomme «charité musulmane». Si la barbe était un signe de génie, le bouc serait un génie. Méfions-nous de ces portes fermées et ne nous étonnons pas maintenant de découvrir la misère, l’arbitraire, le crime, l’abus cachés sous le nom de «charité musulmane». Ces institutions appartiennent à un autre âge. D.Z.. Au nom de l’Islam Certains fonctionnaires se sont mis à parler au nom de l’islam et non au nom de la loi, surtout dans la police. Sommes-nous en trains de créer des entités qui bafouent les droits de l’homme sous prétexte que nous sommes un pays musulman? Ali . M’Barki, pas d’accordSuite à votre article du 7avril, «M‚Barki à la tête de l’agence de l’Oriental», permettez-moi de vous faire part de mes remarques. Vous écrivez que M’Barki dispose du savoir-faire dans la gestion de projets d’envergure comme l’aménagement de la ville de Hay Riad à Rabat. Je ne sais s’il s’agit de fleurs gratuites. Allez voir Hay Riad, c’est la chute libre de la valeur de la propriété: villas à côté d’immeubles qui cachent les rayons de soleil, juste à coté des administrations bulldozers qui massacrent le caractère calme du quartier, IAM, cours d’appel, Bank al Maghrib, douanes, CDG, des jardins pillés pour construire des immeubles, et le reste suit. Je connais des personnes qui sont en train de vendre leurs propriétés pour s’installer ailleurs. Ce sera bientôt l’enfer avec les moyens de transport qui y circuleront, toubissates et taxiates sghar o kbar, il faudra contrôler le taux de pollution dans un quartier chic. Youssef E. A, R’bati

. Réglons la corruption et nous aurons tout réglé!En réaction à l’article sur la compétitivité du World Economic Forum intitulé «le Maroc peu innovant mais grand gaspilleur» de l’édition de mardi 19 avril de L’Economiste, je voudrais apporter un témoignage en tant qu’entreprise d’accessoires d’éclairage public existant depuis 1982. Je suis d’abord étonné que le Maroc n’ait pas été plus mal classé (ndlr: 8e sur 12 pays arabes), parce que la situation sur le terrain se détériore vraiment. En tout cas, celle que nous vivons en tant qu’entreprise opérant sur le marché local. Le premier fléau que nous subissons est celui de la corruption: de Tanger à Marrakech, sur les marchés publics, pour une autorisation… impossible de faire des affaires sans «se mouiller», même les investisseurs étrangers n’ont qu’un seul choix pour s’installer ici: respecter les «coutumes». Ensuite la Justice: notre système judiciaire est si corrompu qu’il en sort tous les jours des injustices et des choses inacceptables pour un Etat dit de droit et un environnement censé vous protéger et vous aider à vous développer «proprement».Puis enfin, l’enseignement qui doit être adapté à l’environnement et aux besoins du Maroc. Les profils actuels et les niveaux de ceux qu’on dit «éduqués» ou «diplômés» sont parfois alarmants. Mais réglons ce problème de corruption et vous verrez que tout ira comme sur des roulettes! Entrepreneur

. Corbeaux, attention à vos plumes!Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc