×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Exposition de peintures
“Un Maroc, deux regards”, croisement d’artistes

Par L'Economiste | Edition N°:2005 Le 22/04/2005 | Partager

. Jeronimo et Ben Yessef dévoilent leurs “Marocs”. L’évènement se tient jusqu’au 17 juillet au siège de la SGMB à Casablanca Les colombes peuplent l’Espace d’art de la Société générale marocaine de banques (SGMB). L’artiste-peintre Ahmed Ben Yessef, en bon Tétouanais, sème dans chacun de ses tableaux un pigeon, un rappel nostalgique de sa ville natale dont l’emblème est une colombe. Son Maroc croise, avec complicité, celui de Jeronimo Muniz dans cette exposition proposée par la SGMB du 20 avril au 17 juillet et intitulée “Un Maroc, deux regards”. L’Espagnol résident au Maroc et le Marocain vivant en Espagne se racontent les hommes, les femmes, les cieux, les paysages et les objets d’un seul pays dessiné à quatre mains. Jeronimo, tel un enfant en état d’extase devant les belles découvertes de la vie, fait la connaissance de ce pays voisin dans les années 60. Ses débuts picturaux au Maroc montrent des paysages larges surplombés de cieux tumultueux, en contraste visible avec le bleu-cliché et les couleurs presque folkloriques en vogue alors. Les êtres évoluant dans ces espaces étaient des formes à peine entamées. Gagnant en maturité artistique, l’œil de l’artiste “zoome” sur les objets et les êtres. Naît alors un art figuratif empreint d’une lumière spéciale, la signature Jeromimo est dorénavant reconnaissable. Les lignes se referment, les couleurs se confirment et les formes se précisent. Poupées figées, pots cuivrés, grands espaces, visages interpellants, architecture mauresque, marionnettes… l’œuvre de l’artiste est une reproduction en couleur de la réalité marocaine. Ben Yessef, lui, donne l’impression de n’avoir jamais quitté son Maroc. Tout est là ! Les pigeons de Tétouan, les ruelles des médinas, les mosquées, les plages, la famille, les pêcheurs, les mendiants et les immigrants. Noyée dans une lumière chaleureuse mettant en évidence les détails du corps et de l’âme, l’œuvre de Ben Yessef est un conte en couleurs. L’artiste est habité par sa nostalgie. Son pinceau est un témoin oculaire de la réalité marocaine. On est troublé devant, ou plutôt derrière ce jeune homme, futur immigrant, qui donne du dos pour scruter l’horizon en quête d’un avenir imprécis. Jeronimo et Ben Yessef ont signé là une exposition née du croisement des regards et de styles. Le résultat est impressionnant. Entre les colombes et les visages du Marocain, les espaces et les poupées de l’Espagnol, on découvre un Maroc bigarré. Hayat KAMAL IDRISSI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc