×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Constitution: Les craintes de Juncker

Par L'Economiste | Edition N°:1931 Le 04/01/2005 | Partager

. Le nouveau président de l’eurogroupe redoute un immobilisme. France: un scrutin avant l’étéLe Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, a déclaré redouter que les référendums sur la ratification de la Constitution de l’Union européenne (UE) qui ponctueront, avec différentes élections parlementaires, sa présidence de l’UE, ne favorisent l’immobilisme en Europe. “Je suis très inquiet devant ces perspectives parce que j’y vois le germe d’un immobilisme d’initiative”, a déclaré Juncker dans une interview publiée le 31 décembre par le quotidien La Libre Belgique. “A chaque fois que la Commission (européenne) ou la présidence (de l’UE) avance une initiative, on trouve au moins un Premier ministre pour vous appeler et vous dire que l’idée était excellente, elle mûrira mieux dans un tiroir qui restera fermé jusqu’après le référendum dans le pays donné”, poursuit Jean-Claude Juncker. Rappelons que celui-ci assure depuis le 1er janvier et pour deux ans la présidence de l’eurogroupe, un organe informel qui regroupe les ministres des Finances de la zone euro. “Les ratifications référendaires, les élections parlementaires qui s’annoncent au Royaume-Uni, au Portugal ou en Pologne risquent de conduire à un enlisement”, a poursuivi le Premier ministre luxembourgeois. Interrogé sur le débat en cours sur la réforme du Pacte de stabilité, qui regroupe les pays de la zone euro, Jean-Claude Juncker a estimé qu’une telle réforme “ne sera complète que si nous l’enrichissons d’une disposition prévoyant des sanctions lourdes à l’endroit des Etats qui auraient triché”. Le Premier ministre luxembourgeois s’est montré très prudent sur l’élargissement futur de l’Union. “A part le cas de la Turquie, spécifique, et celui de la Croatie qui était dans le pipeline, on réfléchira à 36 fois avant d’ouvrir un nouveau chantier d’élargissement”. Jean-Claude Juncker a toutefois ajouté qu’il n’excluait pas que “les pays des Balkans occidentaux auxquels nous avons promis une perspective européenne, après les très nombreux efforts qu’ils devront faire, avancent à notre porte”.Le président Jacques Chirac a annoncé par ailleurs le 31 décembre que le référendum sur la Constitution européenne en France aurait lieu “avant l’été”. “En 2005, vous aurez l’avenir de cette Europe entre vos mains. J’ai en effet décidé que la Constitution européenne vous sera soumise, par référendum, avant l’été. Ainsi, vous, peuple souverain, serez appelé à choisir vous-même votre destin”, a déclaré le chef de l’Etat, dans ses voeux radiotélévisés aux Français. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc