×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Conjoncture: le bon cru 2010

Par L'Economiste | Edition N°:3472 Le 23/02/2011 | Partager
Les crédits à la consommation et la TVA intérieure en hausse
L’équipement a enregistré une augmentation de 16,9%

L’année 2010 aura été d’un assez bon cru pour l’économie nationale. La dernière note de conjoncture de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) du ministère des Finances indique que les secteurs qui avaient été touchés par la crise économique mondiale se sont considérablement redressés.
L’activité primaire s’est emballée. Le volume des débarquements de la pêche a connu une hausse de 3,2% à fin novembre 2010. La campagne agricole elle aussi se déroule sous de bons auspices. En témoigne l’augmentation des superficies emblavées, qui ont atteint près de 5 millions ha, soit une augmentation de 3% par rapport à la campagne précédente. De plus, les ventes d’intrants, notamment les engrais, ont progressé de 4,4% et le cumul des chutes pluviométriques s’est raffermi de 38% par rapport à une année normale.
En ce qui concerne les activités tertiaires, conformément à la reprise à l’échelle internationale, le tourisme maintient son évolution positive. A fin 2010, les arrivées, les nuitées réalisées dans les hôtels classés et les recettes de voyages ont respectivement connu une hausse de 11,4%, 11% et 6,3% par rapport à 2009. Pour sa part, le secteur des télécoms a enregistré une hausse notable. Il devrait connaître un chiffre d’affaires de 35,6 milliards de DH, soit une hausse de 6% par rapport à 2009. Les comptes n’étant pas encore consolidés au moment de la publication de cette note. Maroc Telecom, leader du marché, a publié ses résultats hier, mardi 22 février.
De son côté, le chiffre d’affaires de la Poste, également non encore consolidé, a progressé de 14%.
La consommation des ménages a continué de s’inscrire à la hausse. En attestent les crédits à la consommation et les recettes de la TVA intérieure. Ils ont respectivement connu des hausses de 8,1 et 22,7%. Une situation qui, selon la DEPF, reste globalement liée à l’évolution modérée des prix et à l’amélioration des revenus des ménages. Parmi les facteurs expliquant la hausse du pouvoir d’achat des ménages, la réalisation d’une bonne campagne agricole, le maintien du taux de chômage sous la barre de 10%, le développement de la masse salariale de la fonction publique, l’évolution favorable des transferts des MRE…
L’investissement n’est pas en reste. Il a connu une évolution favorable en 2010, due à l’orientation de l’activité économique dans sa globalité, laquelle se reflète à travers le renforcement des crédits à l’équipement et des importations des biens d’équipement hors avions respectivement de 16,9 et 1,9%. Pour leur part, les échanges commerciaux ont connu une amélioration notable du taux de couverture des biens et services. Entre 2009 et 2010, il est passé de 70,7% à 74,3%. C’est une hausse de 3,6%.
Un résultat attribué à la progression des exportations de biens et services (FOB) de 19,3%, conjuguée à un ralentissement des importations, qui n’ont augmenté que de 13,6%. Quant à lui, le taux de couverture des biens, il a progressé de 6,6% pour s’établir à 49%, en lien avec la hausse des exportations (30,8%) et des importations des biens (13,3%). Quant aux échanges de services, ils se sont soldés par un excédent de 41,5 milliards de DH, en recul de 4,5% par rapport à 2009. Ce qui induit une augmentation des importations des services, de l’ordre de 14,6%, plus importante que celle des exportations, qui s’est établie à 6,2%.

36 milliards de DH

Le secteur secondaire s’est bien comporté. A fin 2010, l’activité minière a maintenu un rythme de croissance soutenu en termes de production et d’exportations du groupe OCP. Les recettes des expéditions de phosphates et dérivés ont doublé: 35,6 milliards de DH, en hausse de 96,6%. Dans le détail, les exportations de phosphates roche, d’acide phosphorique et d’engrais ont respectivement rapporté des surplus de 4,5 milliards, 5,5 milliards et 7,4 milliards de DH en comparaison avec les recettes de 2009.
De plus, la production et la consommation d’électricité se sont respectivement raffermies de 6,1 et 5,8% en glissement annuel.
Pour sa part, l’activité industrielle a connu une timide croissance. Après une baisse de 1% en 2009, elle a connu une hausse de 1,7%. Le taux d’utilisation des capacités de production a également connu une hausse de 4,6% par rapport à 2009, atteignant 72,5% en 2010. Par ailleurs, la consommation de ciment, qui est le principal indicateur de la vitalité du BTP, n’a connu qu’un léger raffermissement en glissement annuel, de 0,4% par rapport à 2009.

H. E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc