×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Condamnée à la reconfiguration de son PIB

    Par L'Economiste | Edition N°:2660 Le 27/11/2007 | Partager

    . Le pôle de sous traitance aéronautique est une belle vitrine. Urgence: Mise à niveau d’infrastructures et des services collectifsCONSIDÉRÉE comme le coeur du système nerveux de l’économie nationale, Casablanca s’est longtemps endormie sur les bénéfices de ce statut et l’attractivité «naturelle» qu’il lui conférait. En un mot, la ville ronronnait.Par son port, son aéroport, son industrie, ou la concentration des centres de décision de la banque et de la finance en général, la métropole était incontournable. Elle l’est de moins en moins aujourd’hui et le sera encore moins, demain. La perte du monopole des grandes infrastructures, l’émergence de nouveaux pôles régionaux et l’onde de choc de la globalisation sur les vieilles industries consommatrices de main-d’œuvre lui imposent une remise en cause totale. La région doit repenser tout son avenir. Le modèle qui fait rêver ses responsables depuis des années est celui… de Barcelone! Autant dire que la barre est placée très haut en termes de standards. Sur le plan économique, le consensus sur le repositionnement du PIB régional ne souffre d’aucune ambiguïté. Pour s’insérer dans la globalisation et se hisser aux standards auxquels elle prétend, la métropole doit absolument accélérer la reconversion industrielle ainsi que le rythme de réalisation des infrastructures. Cela va des connexions autoroutières aux plateformes logistiques en passant par des services collectifs dignes de ce nom. Le travail qui reste à faire pour ce dernier cas est colossal. Mohamed Kabbaj, wali du Grand Casablanca, a parfaitement raison d’insister sur ce point dans l’entretien que nous publions dans ce dossier : Casablanca ne pourra pas attirer des multinationales si elle n’offre pas un système de scolarisation efficace, des services de santé efficients ou un système de mobilité efficace. Le repositionnement de l’économie régionale a déjà commencé même si le rythme gagnerait plus en vitesse de réalisation. La «Vision 2012» fait partie du package des programmes de restructuration de toute la ville. La Marina est lancée mais pour le reste, il n’y a pas vraiment de visibilité. A ce sujet, la réussite du site aéronautique à l’aéroport Mohammed V est un cas à méditer pour le pilotage des programmes à venir. En très peu de temps et grâce à une volonté politique, Casablanca est devenue un des centres mondiaux de sous-traitance aéronautique. Pour le reste, les plans ainsi que les projets sont identifiés. Il reste à en accélérer la mise en œuvre. Rattraper Barcelone exige une tout autre approche de temps. C’est comme courir un marathon au rythme d’un sprint.Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc