×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Comptes provisoires des banques : Le classement des créances douteuses s'accélère

    Par L'Economiste | Edition N°:250 Le 17/10/1996 | Partager


    Les comptes semestriels des six banques cotées attestent de résultats positifs. En dépit d'une stagnation de son activité, la BMCE est placée en tête pour les dépôts, talonnée par la BCM. Le CIH, lui, remporte la première place pour les engagements. La BMCI améliore nettement ses parts de marché tandis que Wafabank et le Crédit du Maroc augmentent leurs produits bancaires.

    L'état provisoire des comptes du secteur bancaire arrêté au premier semestre par le GPBM (Groupement Professionnel des Banques du Maroc) indique une quasi-stagnation des ressources des banques (+0,5%) à 136,4 milliards de DH. Les crédits accordés en contrepartie totalisent 86,5 milliards de DH, en hausse de 1,1% par rapport à fin décembre 1995.
    Parmi les banques cotées, la BMCE conserve la première place pour les dépôts bancaires avec 23,3 milliards de DH, avec toutefois une stagnation (-0,1%). Ses dépôts rémunérés ont, eux, grimpé de 61,7% à 10,3 milliards. D'après les données de CFG (Casablanca Finance Group), la BCM talonne la BMCE avec 21,1 milliards de dépôts, en croissance de 2,1%. Wafabank et Crédit du Maroc ont drainé respectivement 12,5 et 9,09 milliards de DH. Wafabank affiche un taux de croissance supérieur au marché, soit 2,7%.
    Les dépôts du CIH ont, en revanche, reculé de 1,2% à 3,9 milliards de DH.
    Côté engagements, le CIH arrive en tête (+4% à 19 milliards de DH, pour une moyenne sectorielle de 1,1%). En revanche, les encours ont accusé un recul de 5,9% pour la BMCE (17,5 milliards) et de 0,4% pour le Crédit du Maroc (6,46 milliards).

    Crédits à long terme: +14%


    La BCM a réalisé, elle, les meilleures performances puisque ses engagements se sont accrus de 5,4% à 16,5 milliards, suivie de la BMCI avec 4,3% à 6,7 milliards.
    Le système bancaire octroie essentiellement des crédits à court terme, à l'exception du CIH. En effet, les crédits à court terme ont représenté 63% du total des engagements du secteur, accusant un léger recul de 1,61% par rapport à décembre 1995. La BCM a concouru à hauteur de 11,2 milliards de DH (+6%) sur les six premiers mois et la BMCI de 4,2 milliards de DH (+2%). Les crédits à moyen et long termes débloqués par l'ensemble des banques ont totalisé 25% des concours globaux du secteur, grâce au bond de 14% des financements à long terme. Le CIH a augmenté ses engagements à moyen et long termes de 7% à 13,9 milliards de DH, les autres banques commerciales cotées arrivant loin derrière avec notamment 3,9 milliards pour la BCM et 1,8 milliard pour la BMCI. Cette dernière a nettement amélioré sa présence dans les engagements à long terme, réalisant un taux de croissance de 11%, taux proche de celui du secteur.
    Les créances en souffrance (douteuses et compromises) se sont élevées pour l'ensemble des banques à 8,5 milliards de DH, en hausse de 6,3%. En outre, le taux des créances douteuses par rapport au volume des crédits s'établit à 9,9%.
    Parmi les banques cotées, le CIH gère le plus lourd portefeuille de créances en souffrance (y compris 30% des créances non classées) avec 2 milliards de DH, (+6,8%). La BCM détient quant à elle un portefeuille de 1,13 milliard de DH (+18%) suivie de la BMCE avec 1,04 milliard (+7,4%). Seule la BMCI, avec ses 695,7 millions de créances en souffrance, stabilise son portefeuille de créances douteuses (+0,5%). Elle dégage toutefois un ratio créances douteuses/crédits de 10,4%, supérieur à la moyenne du secteur.
    Par ailleurs, les banques cotées ont réalisé des taux de provisionnement de ces créances en souffrance variant entre 88,7% (CIH) et 57,8% (BMCE). La constitution des provisions s'est nettement accélérée chez la BCM (+27,5%) et la BMCE (17,2%).
    Enfin, concernant les produits bancaires dégagés, les données de CFG placent en tête des banques cotées la BMCE et la BCM avec 1,3 milliard de DH chacune, suivies du CIH avec 1,27 milliard. Wafabank a dégagé 801,6 millions en six mois (+12,7%), le Crédit du Maroc 517 millions (+6,3%) et la BMCI 479 millions (+15,2%).

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc