×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Comment gérer les catastrophes

    Par L'Economiste | Edition N°:2488 Le 20/03/2007 | Partager

    . La notion de risques expliquée aux opérateurs. Les assureurs moins frileux en ce domaine Gérer ses risques n’a rien d’extraordinaire. C’est une notion liée aux biens et ressources de l’entreprise. «De quatre entreprises brûlées en France, une seule reprend son activité», selon des statistiques présentées par Jawad Benwahoud, président du groupe Benwahoud spécialiste en courtage et assurances. C’était à l’occasion d’un séminaire organisé à Tanger le 18 mars. La notion de gestion du risque est apparue aux Etats-Unis au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. «Avec le développement de nouvelles industries, les assureurs n’ont pu gérer les nouveaux risques», indique Angel Escorial, ingénieur et spécialiste espagnol en la matière et administrateur de la société Riskia. Et d’ajouer: «C’est le cas du syndrome de l’iceberg, seul le risque visible est assuré. Or l’entreprise est confrontée à divers autres risques que la gestion du risque lui permet de visualiser».  Ainsi, la gestion du risque s’effectue en plusieurs étapes mais le diagnostic reste la démarche la plus importante. Les différents risques sont analysés en fonction  de deux variables principales, gravité et fréquence. C’est la synthèse de ces deux valeurs qui permet de cerner au mieux la variable du risque. De là en découleront les solutions destinées à prévenir tout problème ou, le cas échéant, à en minimiser les conséquences sur le bon fonctionnement de la société. «L’expérience a démontré que tout dirham investi dans la gestion des risques permet d’en économiser dix autres en matière de dommages», explique Escorial.  La gestion  des risques permet en outre de limiter les frais en assurance en réduisant les primes d’assurance. Certaines branches d’activité à risques sont excessivement chères à assurer au Maroc alors que d’autres sont pratiquement non assurables. «C’est le cas de l’industrie du plastique au Maroc», déclare Benwahoud. Les entreprises du secteur arrivent très difficilement à trouver des assureurs à cause des risques. Mais ces derniers sont moins frileux et invitent même les opérateurs à souscrire des assurances tout risque. C’est le cas aussi d’entreprises à fort taux d’accidents du travail, selon Khalid Missaoui, directeur général du Centre nord-africain de prévention et de protection (CNPP). Pour lui, gérer ses risques équivaut non seulement à faire des économies, mais aussi à préserver le capital image d’une entreprise.


    Multiples facettes

    Si le risque n’est par définition qu’une variable mathématique, il peut par contre prendre différentes formes. Le cas le plus commun reste l’accident du travail, qui est lié à la nature de l’activité de la société. C’est aussi le cas des ressources pour les industries minières ou du pétrole pour celles travaillant dans le secteur pétro-chimique. Mais il peut aussi s’agir de risques non quantifiables, tels que l’image de la société. C’est le cas des compagnies pétrolières lors de l’échouage de pétroliers. Un cas d’école reste celui de la société espagnole Gas Natural. Cette dernière vient de voir son image ternie dans le cadre d’un scandale sanitaire touchant son nouveau siège à Barcelone. L’entreprise qui venait de déménager dans un local moderne a souffert de problèmes liés à la nature architecturale de ce bâtiment. Le risque pour l’image de la société est d’autant plus grave que la sécurité et la préservation de la santé en sont les piliers fondamentaux.Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc