×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Ciments du Maroc se renforce dans le Sud

Par L'Economiste | Edition N°:711 Le 24/02/2000 | Partager


· La filiale d'Italcementi Group axe son plan de développement sur l'amélioration de sa production dans les régions du Sud
· En 1999, ses ventes ont progressé de 1,7% par rapport à 1998


L'absorption d'Asmar de Marrakech par Ciments du Maroc devra consolider le plan de développement du nouveau groupe. Le nouveau pôle cherche à renforcer sa position dans les régions du Sud et à en faire son terrain de prédilection. En 1999, la consommation de ces régions a progressé de 1,7% par rapport à 1998.

Bilan positif


Pour réaliser cette stratégie, la CIMAR s'est lancée dans l'amélioration de la capacité et de la qualité de production de ses usines. Deux nouveaux centres de broyage dans les régions d'Agadir et de Marrakech ont été mis en service.
A Laâyoune, la filiale d'Italcementi Group a prévu un centre de broyage et d'ensachage destiné à alimenter le marché local. Les travaux ont été lancés au début du mois de janvier et le démarrage est annoncé pour le quatrième trimestre de cette année. Le montant de cet investissement est de 100 millions de DH.
La capacité de production de cette nouvelle usine avoisine 300.000 tonnes par an. La demande locale est inférieure à cette capacité, mais elle pourra être revue à la hausse grâce aux projets d'urbanisation annoncés dans les provinces du Sud (construction des villes d'Ouserd et El Wahda, extension de port de Sidi Ifni et construction de celui de Dakhla, construction de complexes hôteliers à Agadir).
En concrétisant ce projet vieux de près de quatre ans, Ciments du Maroc est en passe de constituer un triangle de distribution (Agadir-Marrakech-Lâayoune) qui couvrira toute la zone sud.
Un autre vieux projet est en marche, celui de Béni-Mellal. Ce site stratégique est convoité par les cimenteries. La CIMAR affirme que les études de faisabilité sont sur le point de se terminer mais que la localisation sera plutôt du côté de Casablanca. Cette localisation est tributaire en effet de la disponibilité des matières premières sur les sites prospectés.
Quant au bilan 1999, il est jugé globalement positif. Le résultat net de l'exercice écoulé ressort à 259 millions de DH et la capacité d'auto-financement à 459 millions de DH.

Optimisme


Au niveau des ventes, la stagnation du marché cimentier durant les six premiers mois de 1999 est aussi recelée du côté de la CIMAR. Les ventes globales de cette cimenterie se sont établies à 1,24 million de tonnes contre 1,22 million en 1998, soit une faible progression de 1,7%. Cependant, les responsables de la cimenterie restent optimistes surtout après la modeste reprise du second trimestre. Selon eux, le résultat 2000 devrait, a priori, continuer à progresser.
Côté investissements, l'enveloppe déployée pendant 1999 avoisine 175 millions de DH dont 80 millions pour l'installation du broyeur d'Agadir et 60 millions pour une autre unité de prébroyage clinker à Marrakech.
Au cours de la même année, la CIMAR a entrepris l'amélioration de la productivité de ses centres de distribution. Dans l'usine d'Agadir, ces améliorations ont touché l'extraction des matières premières pour éviter l'épuisement des carrières. Le débit du four ''' a été précipité. Il est passé de 1.576 tonnes par jour à 1.811 tonnes en 1999, soit une augmentation de 15%.
Dans l'usine de Safi, la performance est restée la même que celle de 1998 avec de légères améliorations du débit du broyeur à cru (+4,6%) et de la consommation thermique (+2,4%).
Dans l'usine de Marrakech, les performances des broyeurs ont enregistré une baisse de 8% par rapport à 1998. La CIMAR reste confiante en l'avenir de la cimenterie absorbée. Elle considère que cette dernière a un fort potentiel d'amélioration. Selon les responsables, le début de mise en oeuvre des synergies avec Asmar ainsi que la poursuite des programmes de maîtrise des coûts, permettront d'enregistrer une progression significative des résultats du groupe.


Carte de visite

Ciments du Maroc dispose de trois usines de fabrication du ciment gris: l'usine d'Agadir, d'une capacité de 1,1 millions de tonnes par an, l'Usine de Safi (600.000 tonnes) et l'usine de Marrakech (1,3 million de tonnes). La CIMAR détient aussi la totalité du capital de la société Betomar agissant dans les agrégats et le béton prêt à l'emploi.
Ciments du Maroc est détenue par Ciments Français, elle-même détenu par le groupe italien Italcementi. Ce dernier est présent dans 13 pays et emploie près de 16.000 personnes. Il dispose de 51 cimenteries dans le monde (32 millions de tonnes), 503 centrales à béton (13,5 millions de Mètres cubes) et 160 carrières de granulats (42,6 millions de tonnes).

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc