×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Chauffage solaire: Combien ça coûte?

Par L'Economiste | Edition N°:3378 Le 07/10/2010 | Partager

. 2,5% de droits de douane sur le matériel provenant de l’Europe. Une TVA de 14% pour les chauffe-eau solaires. Une fourchette de prix variant entre 3.000 à 120.000 DH LE souci d’économiser l’énergie et de limiter les émissions de gaz à effet de serre gagne du terrain. Les recherches ont permis de suivre des pistes prometteuses, d’élaborer des techniques performantes recourant à l’énergie solaire.Les fabricants ont ainsi acquis une solide expérience dans la mise au point du procédé du chauffage solaire. Ces appareils sont aujourd’hui efficaces et performants. Ils s’adaptent aussi bien à des demandes individuelles qu’à des besoins collectifs.Sur ce registre, l’Etat œuvre depuis quelques années à la promotion des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, afin de contribuer à un développement durable.Le principe d’un systéme énergétique solaire consiste à stocker la chaleur récupérée, lorsque l’énergie solaire est présente, dans des matériaux qui permettent de conserver et restituer cette chaleur selon les besoins. «Une installation correctement dimensionnée et adaptée fournit gratuitement jusqu’à 80° dans une journée ensoleillée en moyenne», explique Fatima Gharib, DG d’Afrisolar, une entreprise de production et de distribution d’électricité, gaz et énergie basée à Mohammedia. Globalement, le secteur compte une quarantaine de sociétés de taille modeste pour la plupart, et qui sont principalement orientées vers la commercialisation et le service. Les distributeurs de chauffages solaires représentent une dizaine de PME, toutes concentrées sur l’axe Casablanca-Rabat et Marrakech. Le matériel est, dans la plupart des cas, importé de l’étranger. L’Asie est le principal fournisseur, principalement la Chine en plus d’une forte contribution de la Turquie... L’Europe participe considérablement à l’équipement du Maroc en matériaux d’énergie solaire. La fabrication locale s’y met aussi, qu’il s’agisse de la totalité ou d’une partie des composants du matériel. Mais la principale vocation des professionnels du secteur reste l’installation d’équipements autonomes, destinés aux particuliers et aux entreprises pour leur propre alimentation. La production d’eau chaude sanitaire est l’application la plus répandue de l’énergie solaire thermique. Les capteurs solaires sont avant tout utilisés pour la production d’eau chaude dans les habitations, locatifs ou villas, les centres sportifs, les hôtels et autres industries. De grandes installations servent également au chauffage de piscines. Du fait de ses rendements pouvant atteindre 85% et de sa grande fiabilité, une installation solaire thermique est un bon complément à une installation traditionnelle. Quand aux coûts relatifs à ce type de consommation énergétique, ils sont si élevés que la demande sur le marché semble freinée. «Avec l’évolution du secteur de l’énergie solaire et l’engagement de notre pays dans une démarche de développement durable, nous avons besoin d’un encouragement de la part de l’Etat. Un accompagnement technique ainsi que des incitations et subvenions au niveau fiscal et financier seront une bonne solution», estime Ahmed Squalli, président de l’Association marocaine de l’industrie solaire et éolienne (Amisole).Pour un matériel solaire provenant de l’Union européenne, les droits de douane à l’import sont de 2,5%. Les chauffe-eau solaires bénéficient pour leur part d’une TVA de 14%. Un taux relativement préférentiel mais pas suffisant pour inciter les consommateurs à installer de plus en plus de systèmes de chauffage solaire dans leurs locaux. Le taux prévu reste au maximum (20%) pour le photovoltaïque (énergie solaire convertie en électricité), ce qui n’aide également en rien à l’élargissement du marché). Généralement, le coût d’une installation de chauffage solaire est tributaire de la capacité du dispositif et de sa qualité. A titre d’exemple, un réservoir made in China de 50 litres coûte moins de 3.000 DH. Le même matériel avec une qualité meilleure peut coûter jusqu’à 7.000 DH.Un réservoir de 300 litres dans un système thermosiphon vaut entre 12.000 et 25.000 DH. Par ailleurs, dans les systèmes à circulation forcée, le prix est plus élevé, compte tenu des composants complémentaires de régulation électronique qu’il contient. Un dispositif à circulation forcée peut coûter entre 20.000 et 120.000 DH.Concernant le coût de l’installation, il varie entre 1.000 et 1.500 DH avec une TVA de 20%. Par ailleurs, l’entretien de tout le dispositif peut coûter entre 70 et 150 DH par an. Ce qui correspond généralement au prix de changement des petites cartouches dans le filtre. «Pour l’entretien, il est fondamental de s’intéresser à la qualité de l’eau, afin de permettre la prolongation de la durée de vie du chauffage. Nous perdons en efficacité énergétique à cause de cette problématique. Nous n’arrivons pas à accorder des garanties aux clients avec une qualité d’eau détériorée», déplore Cristophe Couderc, DG d’ITRI Environnement, une société de transfert technologique et d’ingénierie de solutions environnementales liées à l’eau et à l’énergie à Marrakech.


Thermosiphon où circulation forcée?

DANS le système thermosiphon, la circulation de la chaleur passe des capteurs au ballon de stockage, naturellement sans pompe ni autre dispositif, grâce à la différence de température. Le fonctionnement de ce type de chauffe-eau solaire est très simple et les risques de pannes sont faibles. Ses coûts sont restreints et son installation est plus simple, mais avec un matériel placé à l’extérieure du local. A sa différence, le chauffe-eau solaire dit «à circulation forcée» permet une installation à différents endroits: cave, grenier même éloigné des capteurs. Son coût est relativement élevé, parce qu’il nécessite des équipements supplémentaires. Il est composé d’une pompe de transfert de chaleur des capteurs au ballon via le liquide caloporteur et d’un système de régulation électronique pour que la pompe s’active.Intissar BENCHEKROUN

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc