×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Change manuel: Négociez votre prix!

    Par L'Economiste | Edition N°:2482 Le 12/03/2007 | Partager

    . Bande de fluctuation de plus ou mois 5%, dès le 3 avril. Objectif: favoriser la concurrenceC’est une vraie petite révolution. Le 3 avril prochain, le change manuel au Maroc pourra fluctuer, et sa négociation sera désormais autorisée. C’est Bank Al-Maghrib (BAM) qui le dit. «Les intermédiaires agréés, les bureaux de change et les sociétés d’intermédiation en matière de transfert de fonds négocient librement les opérations d’achat et de vente des moyens de paiement en devises avec la clientèle dans la limite des cours extrêmes», annonce-t-elle dans sa lettre circulaire 31/DOMC/07. Pour les achats, le cours correspondra au cours fixé par BAM moins 5% maximum. Quant aux ventes, les cours ne pourront aller au-delà de 5% de la valeur du cours central. Cette nouvelle mesure crée, pour la première fois, une bande de fluctuation des taux de change manuel. Aussi vise-t-elle «la libéralisation des conditions de négociation des moyens de paiement en devises et permettra aux clients de faire jouer la concurrence entre les intervenants, les banques et les bureaux de change», affirme BAM dans un communiqué. Cela implique «l’amélioration de la qualité des services la promotion des conditions de prix plus avantageuses pour la clientèle», explique la banque centrale. De plus, la lettre circulaire précise que les opérations de change manuel doivent porter sur les monnaies cotées par BAM. Et comme pour toute marchandise, les intervenants devront afficher les prix. BAM communique quotidiennement les siens à 16h pour le jour ouvrable suivant, dans les sièges et sur son site Internet.Est-ce un pas de plus dans la libéralisation du marché des changes? Auprès de BAM, l’on précise que la réflexion sur la flexibilité est en cours au ministère des Finances. Le département de Oualalou a inscrit en bonne place cette question dans sa lettre d’orientations générales pour 2007.L’objectif est d’introduire des mesures tendant vers la consolidation de la convertibilité du dirham.Rappelons que déjà lors des consultations 2006 avec le FMI (cf. www.leconomiste.com), les autorités avaient fait part de leur intention de préparer une transition éventuelle à un régime de change plus flexible.Nabil TAOUFIK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc