×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Stade et centre culturel en projet à El Fida

Par L'Economiste | Edition N°:1688 Le 21/01/2004 | Partager

. Ils vont coûter 25 millions de DH. Transfert des commerçants d'El Koréa DANS l'arrondissement d'El Fida, les nouveaux élus se retroussent les manches. L'on s'achemine ainsi vers la résolution de certains dossiers bloqués “depuis bien longtemps”, comme l'indique son président, Abdelilah Safadi. Le personnel grève sérieusement le budget de l'arrondissement. “Il n'est pas possible d'en réduire le nombre, mais nos services sont en train de réfléchir à la manière de le redéployer”, explique Safadi.“Les 224.000 habitants permanents (d'après le recensement de 1994) de l'arrondissement d'El Fida ont besoin de services qui marchent et de compétences qui veillent à leurs besoins et qui anticipent sur leurs attentes”, ajoute-t-il . Cela sans compter les dizaines de milliers de personnes qui transitent quotidiennement par cet arrondissement et qui n'y passent que la journée. Ceux-là, il faut le dire, posent un sérieux problème à l'arrondissement. Pour la plupart, ils sont marchands ambulants et viennent des communes et des arrondissements avoisinants. A noter , par ailleurs, que le projet de transfert des commerçants de Souk d'El Koréa a déjà vu le jour, du moins dans sa première partie. Les premiers commerçants sont installés dans leurs nouvelles boutiques. Le projet répond à tous les standards et dispose de tous les atouts et de toutes les structures des grands centres commerciaux. Les autres tranches vont suivre bientôt. Mais pour la deuxième tranche, les autorités se sont heurtées à quelques réticences de certains commerçants qui “ne veulent pas comprendre que leur intérêt est dans une structure bien bâtie, propre et fonctionnelle”. En plus, maintenant ils vont disposer de leur propre fonds de commerce, alors qu'avant ils étaient installés sur un terrain qui ne leur appartient pas. En tout état de cause, la deuxième partie du projet sera achevée dans deux à trois mois au maximum. Quelque 2.200 commerçants vont pouvoir bénéficier des locaux des deuxième et troisième tranches. Le projet sera réalisé sur un espace mitoyen à la Koréa, à Bir Anzarane.D'autre part, le projet de transfert du marché de Boujdor a été abandonné. Les travaux ont été arrêtés et le lieu sera transformé en espace vert. Le marché actuel sera complètement réaménagé, restructuré et comportera de nombreux autres commerces, y compris ceux de fruits et légumes. En outre, l'arrondissement projette de construire un court de tennis pour les jeunes démunis. Il verra le jour dès l'année prochaine. “Nous avons le devoir de fournir à notre jeunesse les moyens de s'abriter des dérives et de la délinquance et nous ne pouvons le faire que par le sport et les loisirs”, assure Safadi. L'arrondissement a également en projet avec la Sonadac, le réaménagement et la réfection du Stade El Fida et la construction d'un centre culturel qui sera mitoyen au stade. Une enveloppe budgétaire, de près de 25 millions de dirhams, a été allouée à ces deux projets. D'autre part, l'arrondissement a pu circonscrire les bidonvilles et il ne reste plus que 64 baraques sur l'ensemble de son territoire . “Nous avons pour objectif qu'il n'y en ait plus une seule dans deux ou trois ans au plus tard”, souligne le président.


Grève des taxis hier

. Ils protestent contre les augmentations des tarifs des assurances LES taxis de Casablanca (grands et petits) ont organisé, hier de 6 à 9 h, une marche de protestation qui les a conduits de l'avenue Driss Harti au boulevard Mohammed VI. Trois heures durant lesquelles la circulation a été sérieusement perturbée sur ces deux artères et sur les avenues et rues avoisinantes. Dans les gares ferroviaires , routière et partout dans la ville de Casablanca , il était impossible de trouver un taxis, rouge ou blanc. Selon des responsables syndicaux, “cette grève a été organisée pour attitrer l'attention des responsables sur la situation du secteur”. La marche et l'arrêt de travail de trois heures organisés hier matin “ne sont que le début d'une série d'actions que nous comptons mener jusqu'à ce que les autorités acceptent de discuter avec nous”. Ils prévoient, dans le cas contraire, de déclencher un mouvement de grève de trois jours. Les taxis protestent notamment contre l'augmentation des tarifs des assurances et demandent une révision des tarifs des compteurs. Ils réclament 20 centimes pour 70 mètres parcourus au lieu de 100 mètres actuellement. Il est à noter que L'Economiste n'a pu avoir l'avis de l'autorité de tutelle malgré ses multiples demandes d'informations.Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc