×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Casablanca, la fin du «Vieux Maroc»

Par L'Economiste | Edition N°:2674 Le 17/12/2007 | Partager

. Robert Chastel s’attaque à la période coloniale. Pas moins de 320 photographies illustrent l’ouvrageCasablanca inspire les peintres, artistes et écrivains. Passionné d’histoire et de photographies anciennes, Robert Chastel vient de sortir un nouvel ouvrage sur l’histoire marocaine intitulé «Casablanca 1900-1912». L’auteur est si bien inspiré du succès de son ouvrage «Histoire de Casablanca des origines à 1952», paru en 2006.«Casablanca 1900-1912» est une compilation d’archives photographiques. «Une illustration qui constitue la mémoire visuelle, cinématographique de cette passionnante cité», indique Chastel, qui se veut le dernier des orientalistes, dans son avant-propos. «Casablanca n’est pas née en 1900. J’ai résumé son histoire depuis l’antique Anfa, fondée au XIe siècle, car on ne peut pas comprendre le présent sans faire rappel du passée», poursuit Chastel. Pour lui «la période 1900-1912 marque la faillite du makhzen avec les fils de Moulay Hassan, décédé en 1894 et illustre les fringales des puissances coloniales européennes qui feront tout pour faire trébucher le Maroc devenu ingouvernable».Une chronologie importante. En cinq ans à peine (1907 à 1912), les transports sont passés du chameau et du bourricot à la charrette, la diligence et enfin à l’automobile, l’avion et le train. Les vents de l’histoire se sont engouffrés dans le port et à Bab Socco. L’auteur use des figures de style (métaphore) pour bien illustrer cette période. C’est à travers les photographies que l’auteur interpelle l’histoire et le patrimoine de la ville blanche. Le visuel est si captant que l’ouvrage s’apprête à une encyclopédie qui ne peut que constituer une base de données tant recommandées à travers les universités…Pas moins de 320 photographies illustrent l’ouvrage qui se veut aussi la mémoire visuelle d’une période charnière de l’histoire. Les années 1907-1908 et 1911-1912 feront de Casablanca le détonateur de la période coloniale. C’est aussi à cette ville que se jouera la fin du «Vieux Maroc» de Moulay Hassan et que se profilera l’émergence du Maroc moderne.L’ouvrage a nécessité tout un travail de conception et de mise en œuvre. Une œuvre assistée par Amina Benaboud, professeur de lettres et conseil littéraire. Miloudi Nouiga et Toufik Belaizi se sont chargés, eux, respectivement de la réalisation de la maquette et la scanographie ainsi que de la présentation des photographies et la mise en page. Epris de l’histoire marocaine, Robert Chastel est docteur de la faculté de médecine de Marseille, exerçant à Rabat depuis 1966. En 1993, il publiera «Rabat-Salé, vingt siècles de l’oued Bou-Regreg». En 2006, paraissait «Témoignages et chuchotements-histoire de Casablanca des origines à 1952».Fatim-Zahra Tohry

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc