×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Carlos Ghosn aux commandes de Renault-Nissan

Par L'Economiste | Edition N°:2005 Le 22/04/2005 | Partager

. Il devra parachever une alliance inédite dans l’industrie automobileCarlos Ghosn, sera nommé officiellement président de la direction générale de Renault le 29 avril tout en restant Pdg de Nissan. Le Franco-Brésilien d’origine libanaise à l’origine du redressement spectaculaire du constructeur japonais, va devoir piloter en parallèle deux constructeurs et parachever une alliance inédite dans l’industrie automobile. Louis Schweitzer, le pdg sortant, demeurera président du conseil d’administration du constructeur français au terme de l’assemblée générale des actionnaires.Pour gérer deux groupes dont les sièges sont distants de 10.000 km et dont les effectifs cumulés dépassent 300.000 personnes, Carlos Ghosn compte passer 40% de son temps à Paris chez Renault, 40% à Tokyo chez Nissan et 20% aux Etats-Unis mais aussi dans le reste du monde. Un emploi du temps sur-mesure pour un patron «mondialisé».Carlos Ghosn, qui a quitté son poste de numéro deux de Renault en 1999 pour chapeauter à Tokyo le sauvetage de Nissan, s’est donné six mois pour redécouvrir de l’intérieur le groupe français avant de délivrer son diagnostic.Spécialiste des restructurations et réductions de coûts drastiques, l’un des défis de ce manager consistera cette fois à développer un Renault en belle santé. Le constructeur français a affiché en 2004 des bénéfices historiques de plus de 3,5 milliards d’euros, en partie grâce à la contribution de Nissan. Mais ses ventes mondiales stagnent: de 1998 à 2004, elles n’ont crû que de 100.000 unités pour atteindre 2,3 millions de voitures et de véhicules utilitaires. Louis Schweitzer a fixé l’ambitieux objectif de les porter à 4 millions d’ici 2010. Eventuel retour de Renault aux Etats-Unis avec l’appui de Nissan, bien implanté sur le premier marché automobile mondial, conquête de la Chine, le déploiement du groupe à l’international s’annonce comme un autre chantier. Pour l’alliance Renault-Nissan, inédit rapprochement entre deux constructeurs automobiles, il s’agira pour Carlos Ghosn de la parachever sans altérer son subtil équilibre. Pour l’instant, les deux constructeurs réalisent 70% de leurs achats ensemble et partagent deux plates-formes de production. Des synergies accrues sont possibles sachant cependant que Renault et Nissan font leurs plus grands bénéfices grâce à des modèles avec peu d’éléments communs, les monospaces et les 4x4.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc