×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Cacophonie au sein de la Fed
Mea culpa du vice-président Kohn

Par L'Economiste | Edition N°:2688 Le 08/01/2008 | Partager

. Les messages variés des dirigeants ont perturbé les marchés Le vice-président de la Réserve fédérale Donald Kohn a battu sa coulpe samedi dernier, en reconnaissant que la cacophonie au sein de la Banque centrale américaine pendant l’automne avait pu perturber les marchés à la recherche d’un message clair sur l’évolution des taux d’intérêt.«Parce que la situation était si fluide et si incertaine, les discours des différents membres du comité de politique monétaire ont été interprétés de manière variée quant à leurs implications» sur la politique de la Fed, a reconnu Kohn dans un discours tenu à La Nouvelle Orléans (Louisiane, sud). «La dispersion qui en a résulté au niveau des messages a gêné les acteurs des marchés à la recherche d’indications claires et sans ambiguïté sur la manière dont la Banque centrale voyait les choses», a-t-il admis. Fin novembre, Kohn, suivi peu après par le président de la Fed Ben Bernanke, avait dû monter au créneau pour assurer les marchés que la banque centrale ferait preuve de toute la flexibilité nécessaire pour juguler la crise du crédit. Après une stabilisation en septembre, la situation s’était en effet de nouveau dégradée sur les marchés monétaires au cours de l’automne. Dans les jours qui avaient précédé, plusieurs autres dirigeants de la Banque centrale avaient pourtant affirmé haut et clair que la politique monétaire de la Fed leur paraissait désormais équilibrée, après les deux baisse des taux pratiquées depuis septembre. Au final, lors de sa réunion de décembre, le Comité de politique monétaire avait décidé d’une baisse supplémentaire d’un quart de point, ramenant le taux directeur de la Fed à 4,25% La Banque centrale américaine avait aussi pris plusieurs initiatives avec ses homologues étrangers pour ramener la liquidité sur les marchés monétaires lors de la période cruciale de clôture des comptes de fin d’année. «Le public doit comprendre que les membres du Comité de politique monétaire ne coordonnent pas le calendrier (de leurs interventions) et leurs messages et que les opinions des membres tendent à être diverses quand, comme dans la situation actuelle, la situation change rapidement et fait l’objet d’analyses très différentes», a plaidé Kohn.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc