×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Bush fait ses adieux au Proche-Orient

Par L'Economiste | Edition N°:2688 Le 08/01/2008 | Partager

. Dernières visites avant les électionsLE président américain George W. Bush entame avec sa tournée au Proche-Orient cette semaine une série de voyages d’adieu à l’étranger alors que l’incertitude règne sur l’issue de la bataille électorale destinée à lui trouver un successeur et sur l’épilogue de la guerre en Irak. Bush, impopulaire aux Etats-Unis et à l’étranger à cause surtout de la guerre en Irak, entame le 8 janvier une tournée d’une semaine qui le conduira pour la première fois en Israël en tant que président et en Cisjordanie. Ce voyage qui comprend aussi le Koweït, Bahreïn, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Egypte intervient après qu’Israéliens et Palestiniens eurent relancé les pourparlers de paix en novembre lors de la conférence d’Annapolis (Maryland, est) organisée à l’initiative de Washington. Mais selon l’analyste du CSIS, «la réalité est que ce processus, s’il aboutit, devra probablement se poursuivre durant la prochaine administration américaine et l’Histoire montre que ces transitions ne sont généralement pas couronnées de succès». Selon des politologues, les présidents américains qui ne se représentent pas, se tournent parfois vers l’étranger durant la dernière année de leur mandat pour en partie compenser leur perte de prestige dans le pays alors que tous les regards se tournent vers la campagne présidentielle. Les membres du Congrès et le public détournent en effet leur attention du président sortant pour s’intéresser surtout à celui ou celle qui pourrait lui succéder à la Maison-Blanche en janvier 2009, selon les experts. «Le risque pour un président dans sa dernière année en fonction est d’être perçu comme une personnalité de moindre importance tout comme son gouvernement considéré comme étant en veilleuse dans l’attente de son successeur», relève Eric Davis, un politologue du Middlebury College dans le Vermont (nord-est). Outre le souci de redorer son blason, le voyage de Bush au Proche-Orient vise aussi à forger un front uni contre l’Iran et à tenter de tirer avantage d’une occasion, selon lui, de parvenir à la création d’un Etat palestinien indépendant en paix avec Israël d’ici la fin 2008. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc