×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:2175 Le 20/12/2005 | Partager

. Les pays de la zone euro doivent assouplir le marché du travail Les pays de la zone euro doivent assouplir le marché du travail afin de réduire le taux du chômage, sans menacer la stabilité des prix, déclare lundi Lucas Papademos, vice-président de la Banque centrale européenne, dans une interview au Financial Times. Selon les dernières estimations de la BCE, l’inflation dans la zone euro pourrait augmenter alors même que le taux de chômage est supérieur à 8% de la population active, un niveau «étonnement haut et décevant», estime Papademos. Une réforme du marché du travail qui en réduirait les rigidités permettrait à la politique monétaire de soutenir une baisse du chômage sans menacer la stabilité des prix, souligne Papademos. La BCE, qui vient de relever début décembre son principal taux directeur d’un part de point à 2,25%, juge souhaitable une inflation proche mais en dessous de 2%.. Les Grecs, les plus xénophobes en EuropeLes Grecs figurent en tête des peuples les plus xénophobes en Europe, ayant à 87% une «position négative» contre l’immigration et considérant à 84,7% «les immigrés comme une menace sociale», selon un sondage Eurobaromètre publié dimanche dernier dans le journal grec Kathimérini. Après la Grèce, ce sont la Hongrie (86,5%) et l’Autriche (64%) qui ont les positions les plus négatives contre l’immigration, selon Eurobaromètre. La Grèce figure également en tête (59%) des pays ayant «une position négative» sur le caractère multiculturel de la société. Suivent l’Esthonie (50,8%) et la Lettonie (43,9%). Le pays occupe la 2e place (87%) sur la liste des pays disant «oui» à la politique de rapatriement des immigrés ayant commis «un acte criminel», la Hongrie se plaçant en tête (91,9%) de cette liste. La sociologue Aguéliki Halkia, citée dans Kathimérini, relève que la xénophobie des Grecs est due «au manque d’une culture de respect du droit à la différence». Comptant 11 millions d’habitants, la Grèce a reçu au cours des 15 dernières années près d’un million d’immigrants dont plus de la moitié viennent d’Albanie. . Espagne: Quinze arrestations liées au terrorisme Quinze personnes soupçonnées d’activités liées au terrorisme islamiste ont été interpellées dans la nuit de dimanche 18 à lundi 19 décembre, dans plusieurs villes d’Espagne, a annoncé le ministre espagnol de l’Intérieur, José Antonio Alonso. Ces personnes se livraient à des activités de «recrutement d’individus pour le jihad», en Irak. Le groupe démantelé était structuré en un noyau qui prenait les décisions, une cellule pour le recrutement de nouveaux adeptes, et une autre consacrée à la falsification de documents. Il avait noué des liens via Internet avec d’autres cellules à l’étranger. Lors de plusieurs perquisitions de domiciles et de commerces, «des composants qui ont attiré l’attention» de la police ont été découverts. Ces produits (acide citrique, solvants) peuvent «être utilisés pour la fabrication d’engins explosifs», même s’il leur manque certains composants «indispensables» pour préparer effectivement des bombes.. Likoud: Qui va succéder à Sharon?Les élections primaires parmi les 130.000 membres du Likoud, le grand parti de la droite israélienne, sérieusement ébranlé par la défection du Premier ministre, Ariel Sharon, ont débuté lundi 19 décembre. Deux des quatre candidats sont donnés largement favoris par les sondages à la succession de Sharon à la tête du Likoud: Benjamin Netanyahu, un ancien Premier ministre, et Sylvan Shalom, le chef de la diplomatie. Deux autres participants sont en lice: Moshé Feiglin, dirigeant de la fraction d’extrême-droite du Likoud et Israël Katz, ministre de l’Agriculture.. Gaza: Treize raids aériens israéliens L’aviation israélienne a effectué treize attaques dans la nuit de dimanche 18 à lundi 19 décembre visant des routes d’accès de secteurs du nord de la bande de Gaza à partir desquels des Palestiniens tirent des roquettes vers le territoire israélien, selon des sources militaires et des témoins. Un porte-parole de l’armée israélienne a affirmé que ces raids avaient visé  des «zones non habitées» et qu’ils avaient été décidés après qu’une roquette artisanale tirée depuis le secteur eut explosé près de la zone industrielle  d’Ashkélon, où se trouvent notamment d’importantes réserves de carburant. Selon des témoins palestiniens, les raids israéliens ont provoqué d’énormes cratères qui ont coupé les routes reliant les localités de Beit Hanoun et de Beit Lahya, dans le nord de la bande de Gaza, à Gaza-ville. Les raids ont également provoqué une panne électrique généralisée dans le nord de la bande de Gaza.. L’Afghanistan retrouve son parlementLe Parlement afghan s’est réuni lundi 19 décembre pour la première fois depuis plus de 30 ans, en présence du vice-président américain Dick Cheney et du président afghan Hamid Karzai qui a appelé les élus, en majorité d’anciens chefs de guerre, à faire avancer un pays encore fragile.«La réunion de ce parlement est un pas de plus sur le chemin de la paix et de la stabilité en Afghanistan», ravagé par près de 25 ans de guerres jusqu’en 2001, s’est félicité Hamid Karzai en accueillant les 249 élus de la Wolesi Jirga (assemblée nationale) et les 102 membres de la Meshrano Jirga (Sénat). La mise en place de ce parlement, issu des élections législatives du 18 septembre, était la dernière étape de la transition politique de l’Afghanistan entamée à la fin 2001 après la chute des Talibans, chassés par la coalition militaire sous commandement américain. Le Parlement devait à nouveau se réunir mardi pour commencer à élaborer un règlement intérieur et préparer l’élection des présidents des deux chambres et des commissions.. Nucléaire/Iran: Les monarchies du Golfe haussent le ton Les monarchies pétrolières du Golfe ont haussé le ton lundi 19 décembre, au terme de leur sommet à Abu Dhabi, contre Téhéran en réclamant «une protection» contre le programme nucléaire de l’Iran dont un journal a tiré à boulets rouges contre ces monarchies coupables d’«ignorance». «Nous réclamons des garanties et une protection pour nous», à l’égard de la centrale nucléaire iranienne de Bouchehr, dans le sud de l’Iran, a déclaré le ministre émirati des Affaires étrangères, Abdallah Rached al-Nouaïmi, au nom des six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Les débats sur cette question ne semblent pas avoir été faciles lors du sommet tenu à huis clos, ce qui avait d’ailleurs amené le secrétaire général du CCG, Abderrahmane Al-Attiya, à proposer à l’Iran un accord de dénucléarisation de la région. Il a fait sa proposition dans des déclarations à la presse, tout en soulignant qu’il s’exprimait «à titre personnel».(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc