×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brèves internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:3390 Le 25/10/2010 | Partager

    . Zone euro: Les taux appelés à remonter à long termeLes taux d'intérêt en zone euro, à leur plus bas historique depuis mai 2009, sont appelés à remonter à long terme, mais pas avant que la crise ne soit finie, a déclaré vendredi dernier Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne. "Nous ne remonterons pas le taux d'intérêt principal (fixé à 1%) de façon prématurée", afin de ne pas mettre en danger la reprise en zone euro, a déclaré Nowotny, également président de la Banque centrale autrichienne, lors d'un colloque financier à Vienne. "Mais il est clair que le bas niveau actuel du taux est seulement temporaire. Nous allons le remonter à long terme. Je pense qu'il sera augmenté progressivement une fois la crise terminée", a-t-il précisé.. France: La reprise devrait s'essouffler en 2011La reprise devrait s'essouffler en France en 2011 en raison des mesures d'austérité, et la faible croissance sera très pauvre en emplois, conduisant à une remontée du chômage, selon les prévisions publiées vendredi dernier par l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Le centre de recherche de Sciences-Po prévoit une croissance de 1,7% cette année, soit davantage que le gouvernement (+1,5%), mais de seulement 1,6% en 2011, alors que l'exécutif table sur 2%. "La cure d'austérité va empêcher l'enclenchement d'un enchaînement vertueux permettant à l'économie française de croître à un rythme supérieur à son potentiel et donc au chômage de baisser", estime l'OFCE.. Popularité: Sarkozy sous les 30% LES cotes de popularité de Nicolas Sarkozy et de François Fillon sont passées respectivement à 29% et 47% d’opinions favorables. Le premier descendant sous les 30% pour la première fois depuis mai 2007, selon le baromètre mensuel Ifop-JDD. Concrètement, 29% des personnes interrogées se déclarent satisfaites de Nicolas Sarkozy (24% plutôt satisfaites et 5% très satisfaites), contre 32% en septembre selon cette étude. Si la cote de popularité du chef de l’Etat est stable parmi les sympathisants UMP (79%) elle baisse partout ailleurs.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc