×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Brèves

Par L'Economiste | Edition N°:1932 Le 05/01/2005 | Partager

. Caisse spéciale de retour à vide: Remise des chèques La direction générale de l’Office National des Transports (ONT) a procédé, vendredi dernier à Rabat, à la remise des chèques à un premier groupe de transporteurs ou leurs ayants droit qui ont cotisé à la Caisse spéciale de retour à vide.Un communiqué de l’ONT précise que le montant net remis ce jour par l’Office aux bénéficiaires a atteint 5 millions de dirhams. Cette opération intervient suite à la signature, le 21 décembre dernier à Rabat, d’un protocole d’accord sur la liquidation du solde de la Caisse spéciale du retour à vide par les représentants de l’ONT, de la Fédération nationale du Transport routier (FNTR) et du ministère des Finances.En vertu de cet accord, 20% du solde de la Caisse, qui s’élève à plus de 65 millions de dirhams, seront consacrés à la mise à niveau du secteur des transports routiers de marchandises, tandis que 80% seront distribués aux transporteurs ayant contribué à la constitution du solde de la Caisse selon le taux de participation de chacun d’entre eux.Par ailleurs, pour la remise du reste du solde aux bénéficiaires, la fédération est chargée d’établir les convocations aux transporteurs et les ayants droit concernés, selon un planning arrêté d’un commun accord avec l’ONT, conclut le communiqué.(MAP). 3e édition de la semaine économique et commerciale du Maroc en Guinée La 3e édition de la semaine éco- nomique et commerciale du Maroc en Guinée aura lieu du 27 février au 7 mars à Conakry, indique un communiqué du Centre de diffusion et d’information (CDI) .Placée sous le thème “partenariat et complémentarité”, cette édition a pour objectif d’intensifier davantage les échanges entre le Maroc et la Guinée, ajoute le communiqué, soulignant qu’elle offre aux opérateurs et hommes d’affaires des deux pays une opportunité de rencontres et d’échange d’idées et d’expériences.Organisée par le CDI en collaboration avec le Centre international d’échange et de promotion des exportations de Guinée (CIEPEX), cette manifestation constitue un cadre adéquat pour la coopération et les échanges Sud-Sud, dont le but est de drainer nombre de participants africains à la recherche de nouveaux marchés.(MAP). Bourse: IAM perd 1,05%La place de Casablanca clôture la deuxième séance de l’année sur une mauvaise note. Le Masi recule de 0,62% à 4.493,99 points. Le Madex, quant à lui, perd 0,72% à 3.497,11 points. Le titre IAM a également fini la séance en baisse. Il perd 1,05% à un cours de 85,2%. Le volume transactionnel n’a pas dépassé 30 millions de DH complètement drainé sur le marché central. Au niveau des hausses, c’est IBMC qui s’adjuge la plus forte (3,47%), talonnée par Cosumar (1,13%). Côté baisses, Maghreb Oxygène recule de 5,98%. Suivie de Balima qui chute de 5,96%, Acred (-5,95%) et Agma Lahlou Tazi (3,74%). . L’USFP veut la PrimatureLe septième congrès national de l’USFP, prévu au printemps, traitera des rôles des institutions du Premier ministre et de la Chambre des Conseillers. Dans une déclaration à la presse, le secrétaire général du parti, Mohamed Elyazghi a estimé que le Premier ministre «doit être issu de la majorité»: « C’est notre position, nous l’avons dit lorsque SM le Roi a désigné Driss Jettou au poste de Premier ministre, nous sommes restés sur cette position que nous allons défendre», a affirmé El Yazghi.Le parti a gardé un douloureux souvenir de cette nomination, où il était politiquement favori. Le Premier secrétaire de l’USFP s’est également dit favorable à ce que le Premier ministre soit «chef de l’Exécutif», estimant à ce propos qu’une application des dispositions de la Constitution de 1996 «serait déjà un pas en avant». Et d’ajouter: «Nous pensons que l’expérience de l’alternance et celle du gouvernement Jettou doivent nous amener à réfléchir sur les moyens de faire en sorte que le Premier ministre soit un chef de l’Exécutif qui exerce toutes ses responsabilités»

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc