×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    BMCE Bank se prépare pour de nouvelles conquêtes

    Par L'Economiste | Edition N°:3244 Le 31/03/2010 | Partager

    . Plus de 6 milliards de DH de fonds propres en perspective. Projet de renforcement dans le groupe BOA. En revanche, forte chute du résultat net L’entrée de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) dans le capital de BMCE Bank et le plan de développement international de la banque ont relégué au second plan les états financiers du groupe à fin 2009. En clair, le groupe BMCE a affiché, lors de la présentation de ses résultats le 29 mars, ses ambitions continentales. Après les 3,4 milliards de DH engrangés à l’issue du deal avec la CDG, deux augmentations de capital devraient contribuer au renforcement des fonds propres du groupe. La première, qui est réservée au groupe Crédit Mutuel CIC, permettrait un renflouement des caisses de l’ordre de 2,7 milliards de DH. CIC portera ainsi sa participation de 20 à 25% dans le capital de la banque. La seconde augmentation de capital, 3%, soit 1,2 milliard de DH, sera cette fois-ci réservée au personnel. Cette dernière opération sera libérable en 2010 et 2012. Au final, la bancaire renforcerait ses fonds propres de plus de 6 milliards de DH. Lesquels devraient favoriser son développement au Maroc mais surtout à l’international à travers le groupe BOA et les filiales européennes. Aujourd’hui, BMCE détient 42,5% du capital du groupe Bank Of Africa (BOA) avec des tractations en cours pour en devenir l’actionnaire majoritaire. La concrétisation de cette opération permettrait le franchissement d’une étape vers le rapprochement entre le groupe BOA et la plateforme européenne MédiCapital Bank. En effet, «la réalisation de ce rapprochement implique que MédiCapital Bank soit profitable à court terme», relève Jaloul Ayed, directeur général délégué de la banque d’affaires. Selon les échos du marché, la banque d’affaires ne serait pas ressortie indemne de la crise financière qui a touché la City. «Nous pensons atteindre l’équilibre dans les prochains mois», assure Jaloul Ayed. En tout cas, le résultat du rapprochement du groupe BOA et de la plateforme européenne MédiCapital Bank devrait donner naissance à une nouvelle entité sous la dénomination Bank Of Africa. Celle-ci sera dotée de fonds propres agrégés estimés à 450 millions d’euros. Les actifs seront d’environ 4 milliards d’euros.


    Nominations

    Trois nouveaux directeurs généraux délégués ont été nommés à l’issue du dernier conseil d’administration du groupe BMCE Bank. Driss Benjelloun prend en charge le pôle Finances et Risques du Groupe. M’Fadel El Halaissi sera responsable de la banque de l’entreprise, fédérant les activités de banque corporate et des PME. Mounir Chraïbi, pour sa part, s’occupera des TIC et du reengineering des process.


    Groupe Bank Of Africa

    Le groupe BOA est opérationnel dans 12 pays sur le continent. A fin 2009, le bilan consolidé est ressorti à 2,5 milliards d’euros. La marge bénéficiaire s’est établie à près de 40 millions d’euros. Sur la période 2010-2012, le groupe prévoit une importante augmentation de capital qui devrait le porter à plus de 80 millions d’euros. Dans le même temps, l’opérateur procédera à une augmentation de 140% de ses fonds propres pour le hisser à 200 millions d’euros. Les perspectives de développement du groupe sont jugées importantes en tenant compte notamment des faibles taux de bancarisation (entre 5 et 10%).


    Résultats annuels

    Le groupe BMCE pâtit lourdement du coût du risque en 2009. Un coût qui s’élève à 1,1 milliard de DH contre 89 millions en 2008. En conséquence, le résultat net part de groupe chute de 54% pour s’établir à 385 millions de DH. Excepté cette contre-performance, les autres principaux indicateurs financiers affichent des résultats en amélioration. Ainsi, le produit net bancaire consolidé ressort à 6,4 milliards de DH, en hausse de 6,6% d’une année à l’autre. Pour sa part, le résultat brut d’exploitation progresse de 5,2% à 2,2 milliards de DH. Les capitaux propres s’inscrivent également en hausse de 10,5% à 6,1 milliards de DH. Dans ces conditions, le total bilan consolidé s’apprécie de 12% à 168,4 milliards de DH.Au niveau de l’activité de la banque au Maroc, le PNB enregistre une forte hausse de 25% à 3,6 milliards de DH. Le résultat brut d’exploitation se bonifie de 14,3% à 1,1 milliard de DH. Pour sa part, le résultat net se contracte de 37,6% à 506,8 millions de DH.Au terme du dernier exercice, les dépôts de la clientèle ont progressé de 8% pour s’établir à 122,4 milliards de DH. A fin 2009, BMCE revendique une part de marché de 14,56% en termes de dépôt de la clientèle. La bancaire a enregistré l’ouverture de plus de 132.000 comptes en 2009 atteignant un total supérieur à 2 millions contre 1,9 million en 2008.Quant aux revenus, la marge d’intérêt se hisse à 4,2 milliards de DH en croissance de 3% d’une année à l’autre. La marge sur commissions suit la même tendance avec une progression de 6% à 1,2 milliard de DH. De son côté, le résultat des activités de marché s’envole de 46% pour s’établir à 735 millions de DH.Le dernier exercice s’est également soldé pour la banque par un recul du taux de couverture qui est passé de 78,1 à 73,2%. En volume, les créances en souffrance ressortent à fin 2009 à 3,6 milliards de DH. Au niveau du contentieux, le taux passe de 4,05 à 4,98%.Concernant le portefeuille de participation, elle passe à 4,6 milliards de DH contre 3,7 milliards en 2008. Le groupe a investi 61 sociétés principalement dans le secteur financier, est-il indiqué.F. Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc