×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Bataille pour le géant du nickel

Par L'Economiste | Edition N°:2343 Le 18/08/2006 | Partager

. Offres concurrentes pour le rachat du canadien Inco LE groupe minier canadien Teck Cominco a renoncé mercredi 16 août à augmenter son offre sur le géant canadien du nickel Inco, également convoité par le brésilien CVRD et l’américain Phelps Dodge, faute de financement suffisant, a-t-il annoncé dans un communiqué. Numéro un mondial du zinc, Teck avait annoncé mardi 15 août son intention de relever à 89 dollars canadiens par action son OPA hostile sur Inco, pour la porter à 17,7 milliards de dollars canadiens (15,7 milliards de dollars), mais à la condition seulement de pouvoir réunir l’argent nécessaire. Teck voulait notamment augmenter de 78% la portion de son offre payable en espèces, à 70,21 dollars par action, dans l’espoir de concurrencer l’offre à 86 dollars canadiens exclusivement en cash présentée officiellement lundi dernier par CVRD. Teck a donc tenté mardi et mercredi derniers de vendre pour au moins 5,7 milliards de dollars canadiens (5,1 milliards USD) de ses propres actions, par le biais d’un syndicat de grandes banques d’affaires, mais a échoué. Teck a indiqué qu’il allait plutôt se concentrer sur d’autres acquisitions. Son PDG a récemment déclaré qu’en cas d’échec dans sa tentative de rachat d’Inco, Teck vendrait les quelque 4% d’actions qu’il possède dans le géant du nickel. Le brésilien CVRD, avec son offre totalisant quelque 17,1 milliards de dollars canadiens (15,2 milliards de dollars US), apparaît maintenant comme le grand favori dans la bataille pour le contrôle d’Inco. Phelps Dodge, 3e producteur mondial de cuivre, a présenté une offre amicale légèrement plus élevée, de quelque 17,5 milliards de dollars (15,5 milliards de dollars US), mais qui propose quatre fois moins d’argent comptant aux actionnaires d’Inco que celle de CVRD. A signaler que cette bataille intervient alors que le cours du nickel a atteint un nouveau record historique mercredi 16 août à Londres, pour le 3e jour d’affilée, à 29.200 dollars la tonne. Son cours a bondi de 117% depuis le début de l’année.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc