×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Banque-assurance
Deux mastodontes entrent en jeu

Par L'Economiste | Edition N°:1930 Le 03/01/2005 | Partager

. RMA Watanya et Attijariwafa bank démarrent officiellement . Les deux mégafusions chambouleront le marché Le marché de la banque-assurance démarre l’année avec une nouvelle configuration. Outre le mariage entre la RMA et Al Wataniya, un véritable big-bang dans le secteur des assurances, le marché bancaire démarrera également cette année avec un champion national, Attijariwafa bank. Deux véritables mastodontes de l’activité banque-assurance nationale qui vont imprimer chacun de son rythme leur activité. RMA Wataniya pèse en effet près de 23% dans le marché des assurances avec environ 2,8 milliards de DH de chiffre d’affaires (primes émises) et 4,5 milliards de fonds propres. La compagnie gère près de 16 milliards de placements et produira annuellement un résultat net de plus de 500 millions. Cette mégastructure a pour elle près de 1,5 million de clients, directs et indirects, et environ une centaine d’agents et courtiers en assurances à travers le pays. . Préparer l’ouverture Pour l’année qui démarre, l’entreprise projette d’agréer une dizaine d’agents directs. L’un des objectifs affichés par la compagnie est de développer un portefeuille consistant de particuliers. Et pour cela la nouvelle entité vient de lancer un programme de fidélisation. «A fin 2005, nous comptons atteindre 200.000 clients Fidélité», est-il indiqué auprès de la compagnie. Dans la mouvance de cette mégafusion, d’autres opérateurs pourraient s’engager dans des projets de développement ou de cession de leurs structures. C’est d’ailleurs une véritable aubaine pour accélérer la restructuration du secteur et préparer ainsi l’ouverture de l’économie nationale en prévision de l’entrée en vigueur des accords de libre-échange. En 2005, tout porte à croire donc que les assurés pourront bénéficier de prestations nouvelles reposant sur un double savoir-faire des deux entités qui ont fusionné. La naissance d’Attijariwafa bank entraînera elle aussi bien des changements sur le marché bancaire. Le champion national né du rapprochement entre BCM et Wafa Bank s’accaparera à l’évidence la part du lion en matière de prospection de nouveaux clients. Il faut dire que la taille ne lui manque pas. Et ce, même si le management du groupe indique que «la phase d’intégration», devrait s’étaler jusqu’à décembre 2005. Rappelons que par sa taille, Attijariwafa bank est la première banque du Maghreb et la 8e en Afrique après six sud-africaines et une égyptienne. Cette place de leader régional sera renforcée par la création en cours d’une banque au Sénégal. . Identité visuellePour l’heure, les principaux indicateurs d’activité enregistraient une évolution conforme aux prévisions à fin 2004. Les ressources clientèle ont en effet augmenté de 7,2% à 80,9 milliards de DH et les engagements de 11,5% à 54,4 milliards. Le groupe compte pour le développement de ses activités sur plus de 1 million de clients et 460 agences bancaires. L’objectif du management est de présenter des chiffres consolidés et des produits unifiés dès ce mois-ci. Un travail est ainsi mené sur la tarification pour garantir le même niveau de commissions pour la clientèle des deux banques qui forment le nouvel ensemble, BCM et Wafabank. Au niveau du réseau, les agences accueillent progressivement la nouvelle identité visuelle du groupe et de nouveaux produits de bancassurance seront commercialisés. Par ailleurs, le processus de rapprochement physique des équipes et la mise en application des “Business Models” organisationnels et opérationnels se déroulent dans les temps, selon le calendrier d’exécution prévu au départ. Les nouvelles procédures sont graduellement transposées dans le système d’information. La fusion juridique viendra officialiser le tout dès ce mois-ci.Naoufal BELGHAZI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc