×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Agenda

    Avec Internet, Intranet comme pilier d'accès

    Par L'Economiste | Edition N°:231 Le 23/05/1996 | Partager

    par Oussama CHERIF IDRISSI EL GANNOUNI*

    La délocalisation du tissu industriel européen crée des opportunités renforcée par les autoroutes de l'information. Les pays d'Asie du Sud-Est sont les plus actifs dans la captation des usines européennes, japonaises et américaines. Y a-t-il une place pour le Maroc?

    A la lisière de l'Europe, le Maroc pourrait donc trouver sa part dans cette formidable redistribution des cartes. Récemment encore, les transferts des industries dans les pays du Tiers-Monde dépendaient des infrastructures en énergie, transports et main-d'oeuvre. Aujourd'hui, les technologies de l'information ont pris une place prépondérante dans la plupart des secteurs. Les impacts sont nombreux et touchent toutes les activités de l'entreprise. L'accélération constante des progrès techniques et de la concurrence, le temps de plus en plus limité dont disposent les managers pour choisir leur stratégie rendent l'information et la connaissance des marchés encore plus cruciales que dans le passé.
    Dans ce nouveau contexte mondial, la délocalisation des industries à laquelle nous assistons déjà ne pourra se faire que vers des pays capables de maîtriser les technologies de l'information. L'enjeu est de taille. Il s'agit de savoir si notre pays sera capable de se positionner convenablement dans cette compétition ou si son économie continuera éternellement à dépendre du phosphate et de l'agro-alimentaire. Certes, le Maroc est un pays à vocation agricole mais allons-nous nous contenter de n'exporter que des tomates et des sardines?
    Parmi ces technologies de l'information, celle de l'Internet tend à devenir de plus en plus centrale. Le concept d'Internet (interconnexion Networks) a été imaginé dès 1969. Le but était de permettre aux chercheurs et aux ingénieurs américains, travaillant notamment sur des dossiers militaires, de disposer d'un réseau de communication indestructible. L'Internet s'est ouvert et a pris sa forme actuelle en 1990. Cependant, son utilisation est restée marginale jusqu'à son explosion en 1992, avec la mise en place par le CERN (Centre Européen de Recherche Atomique) de la partie la plus conviviale d'Internet, le World Wide Web (ou simplement Web).

    Diffusion de la technologie

    Aujourd'hui, Internet est un immense magma de réseaux interconnectés dans le monde entier. En 1995, on en a dénombré plus de 70.000 reliant quelque 50 millions de personnes à travers plus de 100 pays.
    Internet permet, en toute simplicité, de correspondre par courrier électronique, de télécharger les fichiers et logiciels disponibles et de donner accès à des milliers de forums. La messagerie électronique (Email) permet d'envoyer des messages et des fichiers, et cela au prix d'une simple communication téléphonique locale, quelle que soit la destination dans le monde! Les forums (News Groups) donnent accès à des espaces thématiques ouverts à plus de 5.000 thèmes. Ils constituent une véritable mine d'informations.
    Vitrine de l'Internet, le Web rencontre aujourd'hui un énorme succès et explique en grande partie l'intérêt suscité par Internet. Les serveurs qui répondent à cette norme utilisent massivement les liens hypertexte: dans un document Web, un simple clic de souris sur un mot ou une image donne accès de façon transparente à l'information complémentaire désirée, quel que soit l'endroit dans le monde où se trouve cette dernière. Il existe actuellement des milliers de sites Web dans toutes les langues et tous les domaines: sciences, informatique, économie, finance, actualité, éducation, loisir, commerce, etc... et il s'en crée des centaines chaque mois. Le Maroc dispose à ce jour... d'un seul site référencé!(1).
    Pour que le Maroc puisse se mettre à l'ère de l'Internet et que les répercutions culturelles de celui-ci puissent être incorporées par le pays, il faut trouver un moteur capable d'impulser la demande du savoir technologique Internet. Au Maroc, cette demande ne pourra venir que des entreprises privées et des organismes d'Etat qui se montreront intéressés par le réseau.

    Faire l'effort soi-même

    Comment les y intéresser? Je pense que c'est en les sensibilisant au concept d'Internet. Intranet, c'est la version locale du réseau mondial Internet, appliqué à la communication d'entreprise. Il regroupe au sein d'un réseau local des services identiques à ceux existants sur Internet: un serveur, Web, une messagerie, des forums, des bases de données. Les ordinateurs de l'entreprise sont interconnectés et permettent aux collaborateurs de communiquer, d'accéder aux informations contenues dans les bases de données existantes et aux nombreux documents, à l'aide de procédures simples et identiques pour tous.
    Intranet homogénéise et propose des outils simples et uniformes pour accéder à toutes les informations de l'entreprise, quelles que soient leur source ou leur nature. Ces outils, issus du développement d'Internet, sont des standards mondiaux non propriétaires dont les spécifications sont publiques et peuvent être critiquées et améliorées par l'ensemble des utilisateurs d'Internet. Cette logique quelque peu surprenante et originale par rapport aux mécanismes classiques est le résultat de l'influence de la communauté scientifique, principale utilisatrice du réseau. Pour qu'une solution technique soit utilisée sur l'Internet, une des conditions est la disponibilité d'au moins une version gratuite du logiciel utilisant cette solution et de son code source(2) accessible à tout utilisateur. De ce fait, le coût de la technologie Internet est très bas et sa disponibilité immédiate. L'accès à la technologie devient enfin démocratique.
    Le concept d'Intranet est apparu aux Etats-Unis l'année dernière et, depuis, il se diffuse comme une traînée de poudre. Depuis quelques mois, les principaux acteurs du secteur de l'informatique (SUN, H.P., IBM, Apple, Netscape, Microsoft, SAS, Oracle, etc...) centrent leurs offres de produits et services autour de l'Intranet. La tendance ne fait que s'affirmer, il suffit pour s'en convaincre de consulter la presse spécialisée en Europe pour constater le nombre croissant d'offres et de demandes de compétences autour de l'Intranet.
    Dans la décennie à venir, l'économie européenne va se concentrer autour de la haute technologie et du service tout en gardant sa spécificité agricole. L'Intranet jouera alors un rôle important pour les entreprises européennes qui décideraient de transférer leurs usines dans des pays comme le Maroc. La nécessité d'être en contact permanent avec leurs centres de productions les amèneraient à privilégier la facilité de communication par rapport à la proximité géographique et culturelle du pays d'implantation.
    Le Maroc a des atouts majeurs pour attirer les investisseurs étrangers. Nous pouvons miser, sans rêves démesurés, sur un fabuleux développement d'un parc industriel national tourné en grande partie vers l'exportation. C'est un objectif réaliste, à condition que l'on ne rate pas le coche de la révolution des autoroutes de l'information.

    * Polytechnicien, ancien président de l'association Maroc Forum.

    1. Http://maghreb.net/. Peut-être que quelques-uns de plus ont été ouvert très récemment.
    2. Les fichiers contenant les lignes de code du programme.
    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc