×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Autonomie: Les scénarii en vue

Par L'Economiste | Edition N°:2237 Le 20/03/2006 | Partager

. Intégrité, défense, monnaie et diplomatie: Pas négociables . Le projet d’autonomie supposera dans tous les cas un redécoupage régionalLe projet d’autonomie des provinces du Sud est désormais «La» proposition marocaine pour une solution politique et définitive à une question restée posée trop longtemps. L’appel royal du 6 novembre traduit ainsi un changement de méthodologie dans la gestion de cette affaire. La principale originalité c’est que l’approche devient plus participative puisque les représentants des différents courants politiques au Maroc, à savoir les partis, y ont leur mot à dire. Cette approche va au-delà de la classe politique pour embrasser la population, chefs des tribus et élus de la région, notamment. La visite qu’entame S.M Mohammed VI ce lundi s’inscrit dans cette même perspective. Mais en quoi consistera donc le projet marocain? Les informations filtrant des formations politiques, en attendant que celles-ci arrêtent leurs positions d’ici le 30 mars prochain, renseignent sur les scénarii possibles comme sur les alliances à venir. Deux blocs sortent d’ores et déjà du lot. Le premier, le plus avancé, est celui du PJD-Forces Citoyennes. Les deux formations ont organisé un grand séminaire international sur la régionalisation les 10 et 11 mars. Une autonomie des provinces du Sud suppose, du point de vue du PJD et de FC, la constitution de Parlements et de gouvernements régionaux. L’Etat central aura à déléguer certaines de ses attributions.L’intégrité territoriale, la défense nationale, l’unité monétaire et la représentation diplomatique doivent rester de la compétence de l’Etat central.Ce dernier point est partagé par un autre bloc, la Koutla, dont les principales formations (PI, USFP et PPS) soumettraient au Souverain une proposition commune. Celle-ci tournerait autour de la délégation de larges prérogatives aux provinces du Sud. Mais ce transfert doit concerner les organes déjà existants au Sahara (conseils de la région, provinciaux). Les visions des autres formations tardent à voir le jour. C’est le cas des trois composantes de la mouvance populaire (MP, MNP et UD). C’est également le cas du RNI, en proie à des luttes intestines. Le projet d’autonomie supposera dans tous les cas un redécoupage régional, basé sur de nouveaux critères liés au développement économique. Les différentes propositions impliquent également une révision de la Constitution.


Caractère «spécial»

En attendant, deux questions se posent d’elles-mêmes. Le projet d’autonomie sera-t-il élargi aux autres régions. D’aucuns évoquent le caractère spécial des provinces du Sud et l’enjeu politique les entourant pour parler d’une exception. Le renforcement de la régionalisation est prôné pour les autres régions. La deuxième question a trait au refus, déjà exprimé, par l’Algérie et le Polisario de la proposition marocaine. La tendance actuelle est de faire de l’autonomie un choix volontariste dans lequel le Maroc doit s’engager. En d’autres termes, le processus doit être enclenché sans tenir compte des pressions extérieures. T.Q.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc