×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Autonomie des acteurs... les ingrédients de l'entreprise de demain

Par L'Economiste | Edition N°:502 Le 07/05/1999 | Partager

· Selon les auteurs de la Fondation Drucker, l'entreprise de demain a l'obligation d'accroître la force des hommes qui la composent
· Les entreprises doivent fonder leur stratégie sur le développement continu


L'entreprise de demain est au centre des débats des auteurs de la Fondation Drucker. L'idée dominante est que "nous nous acheminons à toute allure vers la diversité et le pluralisme des organisations. Nous entrons dès maintenant dans l'ère des nouvelles organisations". C'est du moins ce qui ressort du livre "L'Entreprise de demain", publié par la Fondation Drucker et présenté jeudi dernier à Casablanca par Mme Michelle McCabe Guyard, consultante américaine en management.
Cet ouvrage, qui traite de l'accélération et de l'ampleur du changement en cours dans l'entreprise, met l'accent sur "le rôle social que possède l'organisation". Selon les auteurs, "l'entreprise a l'obligation d'accroître les forces des hommes qui la composent et d'effacer leurs faiblesses".
Cette nouvelle approche de l'entreprise diffère des théories précédentes et vient se superposer sur elles. La conception de l'entreprise comme instrument ou simplement en tant que fonction économique de la recherche du résultat est dépassée.
Les organisations de demain se constituent donc en fonction de différents paramètres: les objectifs, l'activité, les caractéristiques des salariées et la disparité des cultures d'entreprise. Ainsi, "l'organisation porte en elle des valeurs. Elle reflète la personnalité d'une entreprise d'une association à but non lucratif, d'un établissement public. Elle se définit par la réussite qu'elle engendre".
Selon Michael Hammer, spécialiste mondial de l'entreprise (inventeur du reengineering et du recentrage sur les processus), l'entreprise de demain sera caractérisée par la responsabilité, l'autonomie des acteurs, le risque et l'incertitude. La sérénité ne va donc pas prévaloir dans l'entreprise de demain, mais elle permettra néanmoins de valoriser l'aspect humain. "Les rigidités artificielles et l'autoritarisme de l'entreprise traditionnelle seront balayés et remplacés par un monde en turbulence, riche de ces défis et de ces désillusions qui caractérisent l'univers d'êtres humains dignes de ce nom", souligne M. Hammer.
Autre point, les stratégies mises en place par les entreprises doivent se fonder sur le développement continu. Pour ce qui est du portrait de l'entreprise de demain, les auteurs dressent trois constats. D'abord, sa survie dépend de sa capacité à changer de stratégie et ce, en évitant les tensions et les dysfonctionnements. Ensuite, ces organisations seront contraintes de réaménager, sinon de renouveler parfois leurs structures pour être adaptables. Enfin, les auteurs soulignent que l'efficacité des nouvelles entreprises dépendra des moyens offerts par leurs structures et ce, pour créer et mettre en oeuvre les modèles d'organisation et les systèmes sur lesquels reposel'entreprise.

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc