×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Automobile: La course franco-nipponne

Par L'Economiste | Edition N°:1669 Le 24/12/2003 | Partager

. Alors que les françaises investissent les VP avec une forte concurrence des nipponnes…. … ces dernières restent indétrônables et coriaces sur le créneau des VULA quelques jours du bilan annuel du secteur automobile, le marché global ne fait que confirmer le climat stationnaire des ventes. En général, au cours de ces derniers mois, le marché de l’automobile importée est demeuré stagnant. En témoigne la faible évolution des ventes de la voiture de tourisme. En l’espace d’un an, cette dernière est passée de 22.769 à 23.175 unités vendues, soit une légère hausse de 1,78%. Evalué dans sa globalité (utilitaires et particulières importées confondues), le marché affiche une hausse de 4,25%. En une année, le total des ventes est passé de 26.446 à 27.569. Parmi les causes principales de cette situation, la pression fiscale revient comme un leitmotiv auprès des professionnels et concessionnaires auto. A eux seuls, les droits de douane sur les VP (voitures particulières) sont aujourd’hui de 32,5% sur les véhicules importés neufs. Pour les VUL (véhicules utilitaires légers), les droits atteignent les 40%. Les 20% de TVA, en sus, n’arrangent non plus pas les choses. Autant de facteurs qui interviennent sur le prix d’acquisition d’un véhicule importé. Et par ricochet freinent l’acte d’achat du client final, surtout quand il s’agit de particuliers.Selon des professionnels, si les pouvoirs publics consentent à faire un effort en baissant les droits de douane sur le neuf, cela devrait inéluctablement booster les ventes.Pour ce qui est des derniers chiffres communiqués par l’Association des importateurs des véhicules automobiles montés (AIVAM), Renault conforte son leadership en termes de ventes sur le créneau des voitures importées montées. Sur un marché de voitures particulières en stagnation, la marque a commercialisé 4.909 unités à fin novembre dernier, soit une croissance de 2,72% par rapport à fin novembre 2002. Les résultats positifs de Renault sont surtout attribués au lancement de la gamme Mégane II. En seconde position, Peugeot arrive avec 4.559 ventes VP et affiche une baisse de 21,56% par rapport à la même période de l’année dernière. Mais la grande surprise sur le créneau des voitures particulières vient des nipponnes dont certaines ont même doublé leurs ventes. Et c’est le cas notamment pour Toyota qui arrive en troisième position et détrône Citroën. A fin novembre dernier, la marque japonaise a pu commercialiser quelque 2.573 voitures particulières, contre 1.182 précédemment. A coup sûr, ce sont les retombées d’une démarche offensive agissant sur les produits et la politique des prix. La Corolla et l’Avensis et la famille des 4x4 y sont pour quelque chose. «Les résultats réalisés restent en grande partie attribués aux efforts consentis par la politique globale du concessionnaire qui combine un mix de facteurs allant de la politique marketing et des promotions jusqu’au maintien de motorisations», signale Adil Bennani, directeur Marketing et Import de Toyota du Maroc. L’introduction de motorisations diesel suite à l’adoption du gasoil 350 PPM a également joué en faveur de la marque. Il en est de même pour Honda qui arrive en sixième position, juste après Volkswagen. Sur les onze mois de l’année, Honda est passée de 803 à 1.565 unités commercialisées, soit une croissance de presque 95%.Sur le marché de l’utilitaire importé, les nippones cartonnent toujours. Encore une fois, c’est Toyota qui caracole en tête des ventes avec 1.000 unités écoulées. Elle est suivie par Isuzu (780 unités), Mitsubishi (600), Renault et Hyundai ex æquo (332), Kia (294) ou encore Peugeot (216). Contrairement à la voiture particulière, le marché de l’utilitaire importé se porte plutôt bien au terme des onze premiers mois de l’année. Les ventes sur ce créneau sont passées, en un an, de 3.677 à 4.394 unités, soit une croissance de 19,50%. Sur le plan de l’utilitaire monté localement, Peugeot occupe la première position avec 3.626 unités vendues. Vient en seconde position Citroën qui a écoulé 2.748 véhicules. Cependant, en dépit de leur bon score, les deux premiers affichent une baisse respective de 12,52 et 2,90%. En troisième position, Renault a réalisé la vente de 2.281 unités, soit une hausse de 14,28% par rapport à la même période de l’année dernière.Quant à la voiture particulière montée localement et dite économique, elle accuse à son tour un recul de 8,40%. A fin novembre dernier, Fiat a commercialisé 8.125 unités contre 8.870 à la même période de l’année dernière.Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc