×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Corsair dans le ciel de Fès

Par L'Economiste | Edition N°:1669 Le 24/12/2003 | Partager

. La baisse de ses tarifs oblige RAM à faire de même. Le vol Paris-Fès sera commercialisé aux nationaux à partir de 150 euros“Evidemment, le tourisme est un secteur majeur pour Fès et il le sera de plus en plus à l'avenir”. C'est ce qu'avait annoncé Adil Douiri, ministre du Tourisme, dans une interview accordée à L'Economiste le 10 août dernier. Actuellement, cette ambition se concrétise surtout avec la baisse des prix des compagnies aériennes et l'arrivée de la concurrence dans le ciel marocain. Vendredi dernier, Corsair(1), du groupe international TUI, a inauguré son 1er vol Paris Orly-Fès. L'appareil a atterri à Fès à 18Hh30min avec 146 personnes à bord. “Ce sont nos premiers clients bénéficiant de la desserte aérienne à des prix très compétitifs. Dorénavant, notre compagnie assurera deux vols réguliers par semaine à destination de la capitale spirituelle et 4 vols sur Marrakech”, indiquent des responsables de Corsair. Le vol Paris-Fès sera commercialisé aux nationaux à partir de 150 euros. En effet, les passagers du premier vol ont été émerveillés par l'accueil chaleureux. A l'aéroport Fès-Saïs, musiques folkloriques, thé, gâteaux, youyous de bienvenues… le tout a été offert par Aziz Lebbar, propriétaire d'hôtels à Fès et Marrakech. Pour lui, la baisse des prix des tour-opérateurs permettra de bien préparer l'année touristique 2004. “L'idéal pour nous est de pouvoir offrir une destination très compétitive de quatre jours et à un prix qui ne peut dépasser 400 euros”, ajoute Lebbar. En tout cas, la libéralisation du transport aérien a déjà commencé. “Le nombre de lignes directes régulières entre la France et la ville de Fès va doubler à partir du mois de mars (4 vols au lieu de 2 actuellement pour Fès et 8 au lieu de 4 pour Marrakech)”, affirme la responsable de Corsair. Une chose est pourtant certaine, ces actions vont permettre des connexions adaptées à l'offre promotionnelle multimarché initiée dans le cadre du “gros budget” pour la promotion réservée par le ministère du Tourisme pour Fès. Mais les opérateurs du secteur doivent mettre la main à la pâte pour assurer à Fès le développement touristique qu'elle mérite. L'intérêt de l'opération Corsair c'est qu'elle va mettre fin aux différentes récriminations des professionnels qui affirmaient, à qui voulait bien les entendre, que l'aérien freinait l'expansion du secteur. Ils n'ont d'ailleurs pas tort. Il faut reconnaître que la ville est restée longtemps mal desservie. “Ce vol est une ouverture pour Fès. Il constitue une opération très importante dans la mesure où nous assistons en fait à un double désenclavement de la ville: d'abord l'émergence d'une concurrence sur la destination, et ensuite des vols réguliers 30 à 40% moins chers. En d'autres termes, c'est une nouvelle demande pour la ville de Fès”, explique Driss Faceh, président du GRIT (Groupement régional d'intérêt touristique). De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI(1) Corsair appartient à TUI . Il est le 1er leader des tour-opérateurs mondiaux. Originaire d'Allemagne, cette compagnie détient 92 appareils de 360 places. Ses responsables confirment qu'ils pourront remplir jusqu'à 450 places dans quelques semaines.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc