×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Audiométrie: Les annonceurs passent à la caisse

    Par L'Economiste | Edition N°:2561 Le 03/07/2007 | Partager

    . 2% sur le montant brut facturé aux annonceurs. 22,5 millions de DH versés annuellement à MarocmétrieDÈS fin juillet, les annonceurs devront contribuer effectivement à la mise en place du système d’audiométrie. Le montant de l’enveloppe allouée à cette opération correspond à 2% des budgets d’achat d’espace consacrés aux supports télé. En clair, tout annonceur qui choisit la télé versera 2% du montant brut de son bon de commande en sus de la facture initiale. Cette contribution n’affecte en rien la commission d’agence ou le dégressif négocié. Une note a été officiellement adressée en ce sens par le Ciaumed (Centre interprofessionnel d’audiométrie médiatique) aux agences membres de l’Union des agences conseil en communication (UACC). Les administrateurs du Ciaumed, comprenant notamment des représentants des régies publicitaires des deux chaînes publiques et du Groupement des annonceurs du Maroc (GAM) se sont réunis vendredi 29 juin pour finaliser le dispositif. Plus exactement, il s’agissait de déterminer le montant de la contribution des annonceurs au fonctionnement de l’audiométrie. «Le principe de la contribution était retenu depuis la conception du système», explique un membre du Ciaumed. Pas de surprise donc pour les annonceurs. Seul le montant de cette contribution restait à déterminer. Ce sont les régies qui se sont chargées de le faire. Celles-ci se sont basées, dans leur calcul, sur les prix des annonces publicitaires des derniers mois et ceux des années précédentes. C’est en tout cas ce qui est expliqué auprès du Centre. Les 2% représentent une moyenne. Selon le schéma retenu, les chaînes et régies publicitaires devront verser une somme identique. C’est le Ciaumed qui est chargé de gérer cette enveloppe. Au total, il devra verser à Marocmétrie, société en charge de la collecte des données, la somme de 22,5 millions de DH. Cette enveloppe pourra éventuellement être répartie trimestriellement. Tous les bons de commande devront dorénavant comporter les 2% en sus auquel cas ils ne feront pas l’objet de validation. Des stages de formation sont proposés aux agences. «Les équipes de Marocmétrie feront dès le 26 juillet prochain le point avec les agences sur les besoins techniques nécessaires à l’utilisation pertinente des données qui seront reçues», précise un communiqué du Centre. Les annonceurs devraient donc disposer de données concrètes sur l’audience de chacune des chaînes et de chacune des émissions. Ils devraient de ce fait, d’abord avoir des données objectives pour répartir leur budget et ensuite pouvoir avoir une plus grande transparence. Le marché de la publicité n’était jusqu’à présent régi par aucune règle scientifique. C’est la raison pour laquelle la mise en place d’un système d’audiométrie avait été décidée.


    Les télés d’abord

    LE plus gros du travail sera assuré par la commission technique et scientifique du Ciaumed. Celle-ci est chargée de contrôler et valider tous les aspects techniques. Dans son cahier des charges, figurent l’évolution des panels, l’étude de la fiabilité de l’audiomètre et son adaptabilité par rapport aux nouvelles technologies et l’intégration de la mesure de la radio dans les 5 prochaines années. La mesure d’audience ne concerne dans un premier temps que les chaînes télévisées. Les radios devront suivre dans un deuxième temps. Un comité éthique a également été créé. Celui-ci a été édicté par la Haute autorité de la communication audiovisuelle. Il joue pour l’essentiel un rôle de médiateur en cas de conflit entre les différents intervenants. La Haca s’est gardée d’intervenir directement dans les travaux du centre.Amale DAOUD

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc