×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Après la certification aux normes ISM : La Comanav exporte son savoir-faire

    Par L'Economiste | Edition N°:239 Le 18/07/1996 | Partager

    La Compagnie Marocaine de Navigation (Comanav) vient d'être certifiée conforme aux exigences de l'International Safety Management (ISM). Elle est sollicitée par d'autres compagnies pour assistance et conseils.

    La Comanav a obtenu l'attestation de conformité aux normes du code ISM délivrée par l'Organisation Maritime Internationale (OMI).
    Les conclusions de la commission d'évaluation, composée d'experts européens, ont placé la Comanav au même niveau que les compagnies européennes, lui décernant la mention "très bien" ainsi qu'au car-ferry "Le Marrakech", considéré comme le fleuron de la navigation africaine. De la sorte, la Comanav et Le Marrakech sont les seuls à être certifiés en Afrique. Il s'agit d'une première étape. Une stratégie a été arrêtée pour procéder à la certification des navires de marchandises. Le plan sera étalé sur quatre ans.

    Lorsque la Comanav avait présenté les résultats de son programme de certification, les experts du bureau de certification West of England avaient émis des réserves, estimant que ledit programme était copié. Cependant, après avoir discuté avec les responsables du programme, les experts ont dû reconnaître que le projet avait été mené par des compétences internes.

    Par la suite, la Compagnie marocaine a reçu des demandes d'assistance et de conseil de la part de compagnies africaines désireuses de procéder à leur certification et à celle de leurs navires.
    Pour obtenir la certification, la Comanav avait désigné trois équipes de travail chargées d'élaborer et de mettre en oeuvre les différentes procédures de gestion de la sécurité exigées. Chaque équipe s'est vue attribuer une mission particulière. La première a été affectée à la détermination des options et des procédures. Elle avait la charge de décrire et d'expliquer la politique adoptée et les procédures arrêtées pour la compagnie et ses navires.

    Evaluation des performances

    La deuxième équipe s'est occupée de concevoir et d'assurer le suivi des programmes de formation et de perfectionnement pour le personnel navigant et sédentaire. Axée sur la sécurité, la formation s'adresse à tous les niveaux de la hiérarchie et représente un des points les plus importants de la certification. Plusieurs séminaires ont été programmés, portant notamment sur la sécurité, le radar, la soudure et l'environnement.

    Les travaux de la troisième équipe étaient axés sur l'élaboration des mesures techniques. Des officiers de l'état-major de la compagnie ont participé à ces travaux.
    Pour une compagnie maritime, l'obtention de cette certification est la reconnaissance de la qualité des services, de la sécurité pour les voyageurs, pour les marchandises et pour les navires. Elle consacre également les mesures prises pour la protection de l'environnement.

    Le code ISM a été adopté par l'OMI pour assurer une sécurité maximale dans l'exploitation des navires et dans la protection de l'environnement. La certification porte sur la compagnie elle-même et sur les navires.

    Le code ISM repose sur le principe que la sécurité en mer est tributaire des comportements du personnel navigant. Il situe donc au premier rang le rôle des ressources humaines. Celles-ci sont placées à la tête des préoccupations de la Compagnie depuis fin novembre 1994, avec l'arrivée du nouveau président M. M'hamed Benharouga. A ce titre, la Compagnie a développé son propre système d'évaluation des performances individuelles adapté aux conditions de l'entreprise.
    Les efforts de la compagnie qui désire obtenir la certification se portent sur quatre aspects:
    - l'engagement et la responsabilité du management,
    - la compétence et l'implication du personnel,
    - le bon état du matériel et la maintenance,
    - les méthodes de contrôle et de prévention des risques.
    Tous les membres du personnel navigant doivent connaître les actions à entreprendre en cas d'accident ou d'incident intervenant en mer.

    La Comanav exploite deux lignes de transport de voyageurs, la ligne Tanger-Sète avec Le Marrakech et la ligne Nador-Sète. Seule la première est permanente avec Le Marrakech. Quant à la deuxième, elle fonctionne pendant trois mois pour les besoins des RME pour lesquels elle affrète des navires.

    Deux conteneurs dans 20 mois

    La Comanav, qui a été la première compagnie à introduire le transport conteneurisé en 1974, vient de lancer la commande pour deux porte-conteneurs jumeaux à un chantier naval espagnol. Cette commande reflète la volonté de la Compagnie de faire face à une concurrence rude et parfois déloyale. Les deux navires auront une capacité de 506 conteneurs et un port en lourd de 6.300 tonnes chacun. Ils seront livrés dans vingt mois et desserviront les ports d'Anvers, de Bordeaux et de Bilbao sur l'Atlantique et les ports de Fos, de Valence et de Barcelone sur la Méditerranée.

    H. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc