×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

AMO-Cnops: Le régime déficitaire dès 2012

Par L'Economiste | Edition N°:3472 Le 23/02/2011 | Partager
Un déficit global de 11,1 milliards de DH en 2020
Taux de cotisation, inflation des prix des médicaments, nouveaux ALD… les facteurs

11,1 milliards de DH! C’est le déficit cumulé que devrait supporter la Cnops en 2020. Le régime AMO-Cnops tend vers un déséquilibre global accru. Son déficit technique passera de 3,5 millions de DH en 2011 à quelque 3,5 milliards en 2020. C’est ce qui ressort de l’étude actuarielle du régime AMO publique, initiée par la Cnops et réalisée conjointement par ARM Consultants et Towers Watson.
Dès 2012, le régime enregistrera un déficit global (technique et financier) de 137 millions de DH avant d’atteindre 3,5 milliards de DH en 2020. En effet, le résultat global annuel du régime est sensible à certains paramètres. Il est principalement impacté par le taux de cotisation, l’inflation des prix des médicaments, la généralisation du générique, la probabilité des nouveaux ALD (affection de longue durée). Ceci étant, le cumul d’excédents antérieurs risque de disparaître entièrement en 2016.
Cette étude actuarielle vise à définir les niveaux des taux de cotisation nécessaires à l’équilibre viable du régime AMO-Cnops à l’horizon 2020. Cette évaluation des taux d’équilibre annuels repose sur 3 points. Il s’agit de neutraliser les résultats annuels globaux, afin de garder le fonds d’actifs financiers (cumul des excédents antérieurs) de la Cnops à un niveau relativement stable. Ce dernier s’élevait à fin 2009 à environ 3,3 milliards de DH pour atteindre son sommet à fin 2011 (3,86 milliards de DH). A partir de cette année, le régime commencera à l’épuiser pour faire face aux futurs déficits. Ces taux d’équilibre sont donc évalués dès 2012, année du premier déficit global. Par la suite, il s’agira de réviser les cotisations ainsi que le déplafonnement des cotisations. Aujourd’hui, les seuils minimums et les plafonds de cotisation sont fixés respectivement à 70 et 400 DH par mois.
Dans un autre registre, il existe un gap important entre l’évolution des prestations et celle des cotisations. Effectivement, les prestations progresseront en moyenne de 9,95%, alors que les cotisations enregistreront une croissance annuelle moyenne de 2,78%.
Dès 2012, les prestations (hors charges d’exploitation) rattraperont les cotisations, pour ensuite les dépasser. C’est en effet le résultat du vieillissement de la population, de la dégradation du ratio démographique et la croissance de la population atteinte d’affection de longue durée.

M. Az.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc