×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Amazighs interdits au complexe de Maârif

Par L'Economiste | Edition N°:2962 Le 12/02/2009 | Partager

. Pour l’organisation d’une conférence sur l’histoire du Maroc . Le président de l’arrondissement affirme n’avoir donné aucune autorisation ILS étaient nombreux, dimanche dernier, 8 février 2009, à se rassembler devant l’entrée du complexe culturel Mohamed Zefzaf au Maârif. Ils voulaient assister à une conférence sur l’histoire du Maroc dont le titre est certes provocateur: «Non à la réduction et à la falsification de l’histoire du Maroc». A leur surprise, ils étaient interdits d’accès à l’enceinte du complexe. La raison avancée par l’arrondissement de Maârif qui gère cette structure est que la salle n’est pas disponible. Elle servira à l’organisation d’une autre manifestation. Motif qui n’a pas convaincu les associations amazighes de Tamaynut et l’Amrec (association marocaine de recherche et d’échange culturel), initiatrices de la conférence. Surtout que les procédures de réservation et d’organisation ont été scrupuleusement observées. «Les organisateurs des deux associations ont effectué toutes les formalités nécessaires et légales pour réserver la salle du complexe sus-indiqué depuis le 09/01/2009, c’est-à-dire à un mois d’intervalle, afin de préparer cet évènement dans de bonnes conditions de réussite», signale Lahsayni Lhoucine, du comité d’organisation. «Si les formalités ont été accomplies, l’arrondissement n’a donné aucune autorisation écrite et signée par son président», affirme Ahmed Kadir, président de l’arrondissement de Maârif. Et d’ajouter, «les organisateurs étaient surpris la veille de la tenue de la conférence par la décision du président de l’arrondissement de refuser l’utilisation de la salle au motif que celle-ci est réservée pour une autre manifestation qui aura lieu le même jour». C’est une raison «fallacieuse». La salle n’a abrité aucune autre manifestation. Le complexe est resté fermé toute l’après-midi du dimanche 08 février. Encore une fois Kadiri réagit: «Le 8 février, il était prévu que le complexe abrite une activité de l’association des œuvres sociales et si cette dernière n’a pas tenu sa manifestation cela ne dépend que d’elle». Le comité d’organisation a dressé via un huissier de justice un constat des faits. Et ce, pour une action en justice qui «va être introduite incessamment», selon un membre de l’association Tamaynut.Ali JAFRY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc